Ali Mahamat Mahadi, le Tchadien accusé d’avoir tué sa copine au Canada, envoyé dans un centre psychiatrique

Ali Mahamat Mahadi, le Tchadien accusé d’avoir tué sa copine au Canada, envoyé dans un centre psychiatrique

Le procès du jeune Tchadien Ali Mahamat Mahadi, soupçonné d’avoir égorgé sa copine au Canada, a eu lieu ce lundi à Montréal. L’accusé a été envoyé dans un centre psychiatrique pour évaluer sa santé mentale.

Sera-t-il déclaré fou ? Le jeune Tchadien Ali Mahamat Mahadi a été envoyé, ce lundi 4 mars, dans un centre psychiatrique. Il est accusé d’avoir tué fin février sa conjointe et commis beaucoup de crimes.

C’est à la demande de son avocat que le jeune Tchadien a obtenu cet « envoi » à l’Institut Philippe-Pinel, un hôpital spécialisé en psychiatrie légale à Montréal.

Prison, internement ou expulsion

Si ce centre évalue que Ali Mahamat Mahadi n’est pas en état normal, c’est-à-dire s’il est reconnu fou, il ne pourra subir aucune condamnation. Il sera ainsi déclaré pénalement irresponsable. De ce fait, on ne peut le juger ni le punir.

Mais s’il est sain d’esprit et qu’il est condamné, Ali Mahamat Mahadi devra d’abord purger toute sa peine au Canada, avant d’être expulsé au Tchad, selon la loi canadienne.

La reprise du procès est programmée pour la semaine prochaine.

-> Lire aussi : qui est vraiment Ali Mahamat Mahadi, le jeune Tchadien

Laisser un commentaire