Le ministre Mahamat Ahmat Lazina dresse le bilan de la participation du Tchad à la COP26 à Glasgow

0
398
Le ministre Lazina lors de la COP26 à Glasgow

Le ministre de l’Environnement, de la Pêche et du Développement durable, Mahamat Ahmat Lazina a conduit la délégation du Tchad à la 26ème conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP26) qui a eu lieu du 1er au 12 novembre 2021 à Glasgow en Ecosse. Il a fait le bilan de cette participation ce vendredi lors d’une conférence de presse.  

Le chef de la délégation tchadienne a indiqué qu’à Glasgow, ils ont échangé avec quelques Chefs d’Etat et de gouvernement sur la protection de l’environnement, le développement durable, les changements climatiques, le transfert des eaux du bassin du Congo vers le Lac-Tchad, etc. 

Mahamat ahmat Lazina a relevé qu’ils ont également rencontré des partenaires techniques et financiers afin de mobiliser les ressources pour les projets présentés par le Tchad à cette conférence, mais aussi, solliciter un accompagnement de ces partenaires.

Beaucoup de promesses

Ainsi, le milliardaire Jeff Bezos accorde, selon le ministre, un financement de 1, 5 milliards de dollars  à la commission des Forêts d’Afrique centrale (COMIFAC), qui regroupe 11 pays dont le Tchad.

« Le Tchad, pays membre de la COMIFAC constitue aujourd’hui un rempart contre l’avancée du désert vers les pays du bassin du Congo. C’est ainsi qu’il est souhaitable de se battre pour qu’il bénéficie de financements conséquents pour la mise en œuvre des programmes et projets des femmes et des jeunes en matière de lutte contre les changements climatiques, la désertification et bien d’autres », souligne le ministre de l’Environnement.

Il annonce aussi que le Tchad a bénéficié de la Direction générale du Fonds d’adaptation aux changements climatiques d’une enveloppe de 20  millions de dollars.

Il indique avoir en outre solliciter de Mme Patricia Spinosa, Secrétaire exécutive de la Convention Cadre des Nations-Unies  pour les changements climatiques, le soutien de cette institution afin d’appuyer le Tchad dans l’accréditation auprès  du Fonds d’adaptation du Fonds spécial en faveur de l’environnement (FSE).

Pour Mahamat Lazina, le Tchad, malgré des contraintes, a élaboré son premier Plan National d’Adaptation (PNA) et sa Contribution Déterminée au niveau national (CDN) pour lesquels, il sollicite de ses partenaires de financements à hauteur d’environ 360 milliards FCFA d’ici 2030.

Le ministre se réjouit aussi de la communication de l’ancien Président des États-Unis, Barack Obama qui a sollicité des pays développés, une enveloppe de 11 milliards de dollars pour les pays en développement et les pays vulnérables afin d’engager une lutte sans relâche contre les changements climatiques.

En dehors des cadres de différents départements ministériels, Mahamat Lazina a noté “une forte participation des ONGs et associations du Tchad à la COP26”.

Des engagements peu respectés

Dans les débats avec les journalistes, le ministre a souligné que les pays en développement ne sont pas allés à Glasgow quémander de l’argent mais c’est pour demander aux pays développés de payer pour les conséquences que leur pollution cause. A propos des engagements de financements, il reconnait que ce sont des annonces et qu’il faut maintenant engager des agences spécialisées pour la mobilisation des fonds promis.

Le ministre déplore le fait que les pays développés ne respectent pas leurs engagements (en exemple les 100 milliards à verser aux pays en développement décidé à la COP21 de Paris de 2015).

Le ministre invite donc les Tchadiens à compter d’abord sur eux-mêmes, à ne pas détruire l’environnement, à planter les arbres. Car, alerte-t-il, le désert avance chaque année de 4 kilomètres et “il faut faire quelque chose”.

Laisser un commentaire