Tchad : Est-il vraiment possible d’entreprendre à partir de zéro franc ?

0
26

L’entrepreneuriat se trouve de plus en plus au centre des préoccupations. Le Tchad à l’instar de plus de 180 pays dans le monde a célébré la semaine mondiale de l’entrepreneuriat à travers des séminaires, des ateliers de formations sur l’entrepreneuriat en novembre dernier. L’édition 2020 de la SME parrainée par le Maréchal Deby vise à encourager les jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat, le mot d’ordre était « Entreprendre à partir de zéro franc ». Ce slogan qui a suscité beaucoup de débats mène à une réflexion, comment peut-on entreprendre avec 0 franc ?


Entreprendre c’est premièrement avoir la capacité de concrétiser une idée, la mettre en projet et la mener à la création d’une entreprise. Le Tchad est actuellement dans une phase de redémarrage économique, l’entrepreneuriat parait nécessaire pour permettre l’autonomisation des jeunes, mais il demande également beaucoup de courage et de persévérance. Les conditions entrepreneuriales sont difficiles avec plus de la moitié de la population non instruite.


A la question de savoir s’il est possible d’entreprendre avec zéro franc, Emmanuel Takya, formateur et coach en Entrepreneuriat EZF répond : ‘’ accompagner la prise d’initiative, et ce, à tous les niveaux. La finalité éducative de l’éveil à l’entrepreneuriat, au sens large, est ici de rendre le jeune plus entreprenant. Entreprendre à Zéro franc est possible. Car, d’abord, EZF est une approche qui consiste à encourager. C’est l’éducation par l’entrepreneuriat : éveiller le goût d’entreprendre [CHEZ LES JEUNES] s’inscrit dans une logique qui donne la part belle à un ensemble d’approches et de stimuli qui prédisposent la mentalité à saisir, dans toute situation, une opportunité de créer une occasion de business, une possibilité de résoudre un problème’’.

Le slogan « Entreprendre à zéro franc » est donc une culture de l’incitation entrepreneuriale. On se rend compte que beaucoup de jeunes veulent commencer en attendant forcément un financement extérieur. Ce concept est émis pour permettre à ces jeunes de débuter avec les moyens du bord, pousser un peu plus loin avant d’espérer un apport extérieur.

Pour Madame Philomène Djimbaye CEO de BCBG Esthétique, ‘’Entreprendre à partir de zéro franc n’est pas possible dans tous les domaines. On commence toujours quelque part. Même la vendeuse d’orange au bord de la route a besoin d’un minimum de capital de départ. Par contre, si vous arrivez à commercialiser vos connaissances, vos idées, là on peut comprendre que vous êtes parti de zéro.’’ Elle poursuit partant de son exemple : ‘’pour ma part, j’ai commencé mon salon de beauté avec les chaises et les miroirs de ma chambre. Ensuite les employés sont payés des recettes de coiffure mais arrivé à un niveau, il a fallu que je me débrouille pour combler le trou avant que cela ne porte du fruit’’.

L’entrepreneuriat est un exercice qui va de soi avec la notion de leadership, l’étude de marché, un planning stratégique, une communication efficace et une innovation affûtée. Mettez à votre disposition un moyen de base et lancez-vous.

Laisser un commentaire