Malgré les efforts consentis à travers le monde entier, l’égalité des sexes est loin d’être atteinte, a indiqué, jeudi, l’ONU en publiant son dernier rapport sur la question.

Plus de 340 millions de femmes et de filles, soit environ 8 % de la population féminine mondiale, vivront dans l’extrême pauvreté d’ici 2030, et près d’une sur quatre connaîtra une insécurité alimentaire modérée ou grave, si les tendances actuelles se poursuivent, prévient l’étude.

Les disparités de genre liées aux postes de pouvoir et de direction restent bien ancrées, signale ONU Femmes. Au rythme actuel des progrès, la prochaine génération de femmes consacrera encore en moyenne 2,3 heures de plus par jour aux travaux domestiques et aux soins non rémunérés que les hommes.

Cette publication annuelle fournit une analyse globale de la situation actuelle de l’égalité des sexes pour les 17 Objectifs de développement durable (ODD) et met en évidence les tendances dominantes, les lacunes et les revers récents sur la voie de l’atteinte de l’égalité des sexes d’ici 2030.

L’édition 2023 de l’étude « Progrès vers la réalisation des Objectifs de développement durable : Gros plan sur l’égalité des sexes », réalisée par ONU Femmes et le département des affaires économiques et sociales de l’ONU, dresse un tableau inquiétant à mi-parcours du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Pour Sarah Hendriks, la Directrice exécutive adjointe par intérim d’ONU Femmes, « le rapport de cette année est un « appel retentissant à l’action », à mi-parcours des ODD.

« Nous devons agir collectivement et intentionnellement dès maintenant pour rectifier le tir afin de bâtir un monde dans lequel toutes les femmes et les filles bénéficieront de l’égalité des chances, des droits et de la représentation », a exhorté Mme Hendricks.

Le rapport se concentre plus particulièrement sur les femmes âgées et révèle qu’elles sont confrontées à des taux de pauvreté et de violence plus élevés que les hommes âgés. Dans 28 des 116 pays pour lesquels des données sont disponibles, moins de la moitié des femmes âgées bénéficient d’une pension, et dans 12 pays, moins de 10 % ont accès à une pension.

Le rapport comprend également des appels à une approche intégrée et globale, à une collaboration accrue entre les parties prenantes, à un financement continu et à des actions politiques pour lutter contre les disparités entre les sexes et autonomiser les femmes et les filles dans le monde entier, concluant que le fait de ne pas donner la priorité à l’égalité des sexes maintenant pourrait mettre en péril l’ensemble du Programme de développement durable à l’horizon 2030.