Vendredi 18 juin 2021

Tchad: rentrée scolaire sur de nouvelles bases

N’DJAMENA, 3 octobre (Xinhua) — Des centaines de milliers d’élèves au Tchad ont repris le chemin des classes depuis mardi. Pour la nouvelle année scolaire, le gouvernement, qui prône la renaissance de l’école tchadienne, a décidé de réorganiser la carte scolaire du secondaire et de redéfinir les cycles d’enseignement.

“La rentrée scolaire 2013-2014 est placée sous le signe de la renaissance de l’école tchadienne. Cette nouvelle école a pour ambition d’être un cadre de brassage des Tchadiens où seront enseignés l’écriture, la lecture, le calcul et les valeurs morales de paix, de tolérance et le respect d’autrui. Elle sera également là où l’on favorise la culture de l’excellence”, déclare M. Abdelkérim Seid Bauche, ministre tchadien des Enseignements et de la Formation professionnelle secondaires.

Pour la nouvelle année scolaire, le gouvernement a décidé de mettre en application la loi n°16 promulguée il y a une dizaine d’années et qui oriente le système éducatif au Tchad. Il est désormais institué trois (contre quatre auparavant) niveaux dans l’enseignement au Tchad: fondamental, secondaire et supérieur.

L’enseignement fondamental, étalé sur dix ans (allant du cours préparatoire en classe de 3ème l’examen du brevet d’enseignement fondamental), est gratuit et sanctionné par un brevet. Le passage d’une classe à une autre se fera sur la base des moyennes des notes des compositions trimestrielles et des devoirs de classe.

En ce qui concerne l’enseignement secondaire (qui englobe les classes de seconde, de première et de terminale), les diplômes sanctionnant les études et les formations demeurent le baccalauréat, le brevet de technicien, le brevet d’études professionnelles et le diplôme de fin de formation technique et professionnel.

“L’enseignement secondaire a pour finalité de consolider les acquis de l’enseignement fondamental, de donner à l’élève de nouvelles connaissances dans les domaines scientifiques, littéraires et artistiques pour suivre l’éducation sociale, physique et morale de l’élève et de le préparer à l’enseignement et à la formation supérieurs”, explique Abdelkérim Seid Bauche.

La restructuration de la carte scolaire du secondaire, elle, a commencé par la suppression, mi-septembre 2013, de plus de 160 lycées, principalement dans les sous-préfectures.

“Ce travail a été réalisé sur la base des textes sur la décentralisation. Les lycées seront désormais dans les chefs-lieux de régions et de départements. Ceux qui étaient dans les chefs-lieux de cantons ou de villages ont été supprimés, à l’exception de quelques-uns qui ont des effectifs pléthoriques (supérieurs à 800 élèves) et que nous avons maintenus sur la base de critères démographiques”, explique Noh Adaffana, secrétaire général du ministère des Enseignements et de la Formation professionnelle secondaires.

Ainsi, il ne reste plus que 102 lycées publics sur l’ensemble des vingt-trois régions du Tchad.

Avec cette restructuration, le gouvernement a dégagé plus d’un millier d’enseignants qu’il entend redéployer, pour plus de rationalité.

“Certains établissements n’avaient pas d’enseignants. Lorsqu’on les fédère, on met ensemble beaucoup d’enseignants de qualité pour tenir les élèves”, ajoute M. Noh Adaffana.

A la Fédération nationale des associations des parents d’élèves, l’on a salué le coup de balai gouvernemental dans les écoles. Mais pour beaucoup d’enseignants, la mesure, quoique salutaire, est brutale et risque de perturber la nouvelle année scolaire.

“Les autorités ont laissé longtemps faire au point de faire pourrir les choses. Nous attendons de voir les résultats de leurs différents coups d’éclat”, déclare Jean Ngartam, enseignant certifié d’histoire. Il s’étonne que c’est maintenant seulement que les autorités se réveillent pour constater que l’école tchadienne va à vau-l’eau, que les mêmes autorités qui ont donné l’autorisation d’ouvrir et de fonctionner à ces lycées, qu’ils soient publics ou privés, s’étonnent que ces établissements marchent mal.

Ce coup de balai a également emporté 17 établissements privés d’enseignement secondaire général de N’Djaména et des provinces.

Dix-huit autres lycées privés ont été sommés de se conformer à la réglementation des établissements privés en vigueur au Tchad, au risque voir leurs portes fermer définitivement l’année prochaine.

A N’Djaména, certains établissements privés ont profité de la situation pour augmenter leurs frais d’inscription dans les classes de seconde, première et terminale. Mais pour M. Noh Adaffana, la réaction des écoles privées est normale, compte tenu des résultats de la dernière session du baccalauréat qui leur ont été favorables (alors que le taux de réussite national a été de 8,71%).

“Nous appliquons à ces établissements privés le décret 225 qui exige la qualité de l’enseignement. Et si nous leur exigeons cette qualité, cela a un coût. Et ils répercutent sur les frais d’inscription. C’est une question de choix”, conclut le secrétaire général du ministère des Enseignements et de la Formation professionnelle secondaires.

Ecobank 2

Laisser un commentaire

économie

Tchad: lancement du pré-forum sur la refondation du système éducatif à Massakory

EDUCATION- Le secrétaire d’Etat à l'Education nationale et à la Promotion civique, Saleh Bourma, a procédé à l'ouverture du pré-forum sur la refondation du...

Tchad: les diplômés sans emploi en quête des visas pour quitter le pays

Les lauréats professionnels de l'éducation, en instance d'intégration réitèrent leur engagement de quitter le pays en masse, si le gouvernement ne règle pas leur...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 3

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
234 votes · 235 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité