Entrepreneuriat : « Investir dans la jeunesse n’est plus un choix, mais une obligation », dixit Mariam Mahamat Nour

Entrepreneuriat : « Investir dans la jeunesse n’est plus un choix, mais une obligation », dixit Mariam Mahamat Nour

Le Forum Startups Investissements a été ouvert le vendredi 16 novembre avec une conférence-débat sur le thème : « Comment investir dans la jeunesse ». C’est en marge de la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat (SME) qui se poursuit au palais du 15 janvier.

Au Tchad, le renforcement de la bonne gouvernance passe par le développement de l’entrepreneuriat. Car, l’on remarque que sur les 15 millions de Tchadiens, seulement 63 000 sont intégrés à la fonction publique. Il s’agit d’un taux très bas selon la ministre Secrétaire générale du gouvernement, Mariam Mahamat Nour. D’où l’urgence pour les jeunes d’entreprendre. Avant de quitter la salle et s’envoler pour Addis-Abeba en Ethiopie, elle signifie à la jeunesse que la fonction publique ne peut recruter tout le monde. « Le gouvernement a le devoir de créer des conditions favorables à l’émergence de la culture entrepreneuriale. La transformation socio-économique passe par l’amélioration de l’environnement socio-économique » confie Mme Mariam Mahamat Nour. Raison pour laquelle, selon elle, investir dans la jeunesse n’est plus un choix mais une obligation.

La question de la diversification des ressources économiques, du développement du capital humain et de l’orientation sont des éléments moteurs du développement du Tchad. La ministre Secrétaire générale du gouvernement encourage la jeunesse à oser, travailler mais aussi à changer de mentalité. « On peut faire des formations, on peut beau mettre les moyens mais tant que les mentalités ne changent pas, rien ne peut aller de l’avant » conclut-elle.

La ministre de tutelle de la SME, Mme Madjidian Padja Ruth, quant à elle, a dans son exposé fait une approche diachronique de la situation. Pour elle,  La jeunesse tchadienne comme toute autre jeunesse est victime des grands événements que l’Afrique à traverser. Il est pour la ministre de remarque qu’il y a une prise de conscience au sein de la jeunesse tchadienne. C’est ce qui explique la création des organisations des jeunes mais aussi du ministère de la jeunesse.

Un commentaire

Laisser un commentaire