A la découverte de : Zakaria Ibrahim, pour l’électrification du Tchad

0
1832

Zakaria Ibrahim, Directeur Général de la société ZIZ qui œuvre dans le domaine de l’électricité, est à l’honneur cette semaine dans la rubrique « A la découverte de… ». 

Créée depuis 15 ans, l’entreprise ZIZ s’est faite une place au soleil en matière d’électricité. Elle est l’œuvre de Zakaria Ibrahim.

Né à N’Djamena en 1982, Zakaria décroche un bac F3 en électrotechnique en 2001 au lycée technique industriel. La même année, il obtient un stage à l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar) en maintenance et production électrique. Au bout du stage, il a failli décrocher son premier boulot mais finalement ça ne s’est pas concrétisée à cause de la longue procédure parce que le dossier était envoyé à Dakar.

Après un an d’attente, la société BOK repère et engage Zakaria Ibrahim. Son entreprise, sous-traitante d’Esso, l’envoie sur le champ pétrolier de Komé où les pétroliers le nommeront chef d’équipe parce que, explique-t-il, « je me débrouillais en anglais et j’étais plus assidu que les autres ».

Au vu de cette évolution, son patron de BOK le rappelle à N’Djamena pour s’occuper de ses chantiers. Zakaria Ibrahim indique ainsi avoir dirigé les travaux d’extension de l’électricité, mais aussi de l’éclairage public, sur une bonne partie de N’Djamena, notamment du palais du 15 janvier vers N’Djari, de N’Djari vers le rond-point du point à double voie, de Chagoua vers le rond-point double voie ainsi que l’électrification du quartier Walia.

Création de ZIZ

Zakaria Ibrahim se rappelle que son patron a continué à lui confier la responsabilité des travaux d’électrification des villes secondaires, dont la ville de Moussoro, la liaison de la ville d’Abéché à l’institut universitaire ou encore la ville de Fada. C’est à Fada que ce 5ème d’une fratrie de neuf (9) enfants a commencé à réfléchir sur la création de son entreprise. « Pourquoi, il n’y a que deux entreprises, soit BOK, soit MED, pour faire les travaux d’énergie ? Alors qu’il n’y avait pas mal de plaintes. Parce que, comme ils ne sont que deux, tellement sollicités, ils choisissaient les clients », justifie-t-il le choix de la création de son entreprise.

Ainsi, l’entreprise ZIZ (des initiales de son nom, Zakaria Ibrahim et du nom de son grand-père et homonyme, Zakaria) est créé début 2006. « Très vite, j’ai commencé à travailler avec la SNER (Société nationale d’entretien routier). J’ai commencé à grignoter le travail de mon ex-employeur, là où il ne faisait pas attention, où il jetait. J’ai commencé par rafler », raconte Zakaria Ibrahim.

Ainsi, après avoir géré l’électrification de cinq villes secondaires (installations faites par l’Etat et la gestion par ZIZ) au compte de la société BOK (Kyabé, Amtiman, Mongo, Oum-Hadjer et Ati), Zakaria Ibrahim, avec l’expérience qu’il a acquise, a décroché un contrat en 2011 avec le ministère du pétrole et de l’énergie pour la gestion de ces mêmes cinq villes pour 7 ans.

A la fin de ce contrat, ZIZ a voulu arrêter à cause du « non-respect par l’Etat de ses engagements », relève Zakaria Ibrahim. Après des tractations, ZIZ a pu avoir la licence en 2020, puis un contrat à la fin de la même année pour continuer à gérer les 5 villes.

Zakaria Ibrahim indique qu’en plus de ces cinq villes, sa société cherche à ajouter celle de Faya, et les chefs-lieux de provinces, surtout là où il n’y a pas la SNE (Société nationale d’électricité).

Ce père de quatre enfants indique que son objectif c’est « d’électrifier notre pays. Nous avons le soutien des autorités et rien ne pourra se mettre au travers de notre chemin ».   

Laisser un commentaire