L’artiste Djim Radé a sorti son album “Djim Radé” ce vendredi 20 janvier 2023 sur les plateformes d’écoute et de téléchargement. Composé de 11 titres, “Djim Radé” se veut un album panafricain et rassembleur.

L’album “Djim Radé” de l’artiste Djim Radé est sorti ce vendredi 20 janvier 2022 sur les plateformes d’écoute en ligne et de téléchargement. Selon l’artiste, “Djim Radé” est un album autobiographique “l’album s’appelle “Djim Radé” comme mon nom. C’est mon environnement, c’est comme une autobiographie. C’est pour marquer mon univers qui est un peu particulier. C’est une musique de création donc j’essaie de donner la marque de ma musique”.

A son actif un EP, « Toh Nal » sorti en 2014, dans ce nouvel album composé de 11 titres,Djim Radé chante dans un style « groovie ». Il aborde des thématiques intimes qui évoquent le culte de la beauté Sara ou encore la complexité des rapports humains en passant par des chansons engagées sur l’état de son pays, le Tchad. Cet album jazz fusion nourri de diverses expériences de l’artiste surprend l’auditoire dans ce qu’il croit connaître, et lui fait reconnatre dans ce qu’il croit découvrir.

Cet album se veut aussi panafricain et rassembleur car on peut noter la participation de plusieurs artistes africains. Sur le titre « Mila », on peut entendre la voix de Seydou Keinou du Burkina sur le Sabar du Sénégal, ou la voix de Benjamin Tatu Chakamba du Congo RDC sur le titre « Iko », un morceau rumba tamisé en hommage à Papa Wemba. La touche féminine de Anna Bassy, chanteuse nigeriano-italienne sur le titre Taryam.


L’album Djim Radé est enregistré entre N’Djaména, Toulouse, Yaoundé puis la postproduction à Milan au Studio Pachamama de Roberto Arzuffi sous la direction artistique de Fabrizio Colombo.Le lancement officiel est prévu pour le 12 février à Montréal au Canada et le 25 février à l’hôtel Radisson Blu de N’Djamena.

La musique de Djim Radé a pour base les rythmes traditionnels tchadiens comme le Saï, le Bayan, Gourna, Toh etc. Mais aussi des rythmes partagés entre plusieurs pays d’Afrique comme la rumba ou la fusion entre le Mbalax du Sénégal et le Samagoï du Tchad.

Portrait de l’artiste
Djim Radé de son vrai nom Djimradé Kamndoh est un musicien, guitariste, chanteur, auteur compositeur, arrangeur et interprète. Très tôt gagné par la passion de la musique, il commence à jouer aux percussions, intègre une chorale et plus tard le groupe Beraka avec lequel il participe à plusieurs festivals au Tchad. En 2010, Djim Radé intègre la filière Jazz en musicologie à l’Université Jean Jaurès et le Conservatoire national de Toulouse en guitare pour approfondir sa connaissance en musique. Il crée par la suite le projet Jazz fusion « Toh Nal » composé de quatre de ses camarades étudiants. Ils participent à plusieurs festivals de jazz et musique du monde en France, Italie, Espagne, Israël et Tchad.

De retour au Tchad en 2016, il ne cesse de créer des concepts qui visent à valoriser et promouvoir le jazz au Tchad : « Festival Ronel Jazz N’Djamena », «Jazz Initiation », Jam session Sao Couleur Jazz et d’autres encore. Dès son arrivée à Montréal en 2021, Djim Radé a collaboré avec des artistes de la scène locale. Il est temps pour lui de se concentrer sur sa musique : le jazz made in Tchad, jazz fusion.