Ouvert le 26 octobre, l’atelier préparatoire de la participation du Tchad au forum mondial sur les réfugiés a pris fin ce 27 octobre à N’Djamena. 

Pendant deux jours, les participants ont évalué l’état d’avancement sur l’engagement pris et proposé d’autres engagements à soumettre avant le forum.

L’on peut retenir parmi ces engagements, le renforcement durable de l’approche “hors camp” en intégrant tous les potentiels nouveaux réfugiés dans les villages hôtes et poursuivre le processus de transformation administrative de 30 % des camps des réfugiés en village d’ici à 2027.

Aussi, d’ici à 2027, avec la contribution des acteurs de développement, accompagner le processus de délivrance de 500 000 cartes d’identité de réfugié et de 5 000 titres de voyage biométriques aux réfugiés.

Selon le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Beoungar David Doudjim, le Pacte mondial constitue un instrument visant à alléger la pression sur les pays d’accueil, renforcer l’autonomie des réfugiés, élargir l’accès aux solutions dans des pays tiers et favoriser les conditions d’un retour dans les pays d’origine en sécurité et dans la dignité.

“C’est à ce titre que notre pays, le Tchad, étant un pays de solidarité et d’hospitalité légendaire, a pris des multiples engagements, lors du premier forum, à améliorer les conditions de vie des réfugiés vivant sur toute l’étendue de son territoire. C’est dans cette optique que l’atelier qui prend fin aujourd’hui s’est assigné pour objectif global de faire un état des lieux des engagements pris par notre pays”, dit-il.