#10 Entreprenariat féminin : Aicha Adoum Abdoulaye, du rêve de satellites au FAI

Réaliser son rêve d’enfance, beaucoup l’espèrent mais peu y arrivent. Le rêve d’Aicha Adoum Abdoulaye était de comprendre comment les hommes arrivaient à communiquer grâce au satellite. Elle y est arrivée et s’est même approprié la technologie. 

Ingénieur Télécom, Aicha Adoum Abdoulaye a commencé par écrire les premièrs épisodes de son succès depuis sa ville natale Abéché dans l’Est du Tchad.  PDG de sa propre société, son parcours a été long et riche. En 2010 alors qu’elle était encore employée d’une compagnie de téléphonie mobile, elle crée son entreprise « Reindos Technologies Sarl ». Elle offre des services divers dans le domaine des Technologies de la communication et de l’information (TIC) et fait office de Fournisseur d’Accès Internet (FAI). Il fallait attendre 6 ans pour qu’elle y consacre toute son énergie. L’entrepreneuriat, la jeune femme, la trentaine révolue confie que ça ne date pas d’aujourd’hui : « dès mon jeune âge, j’étais animée par l’esprit entrepreneurial, je jouais déjà les caissières pour ma mère ».  Si dans la cellule familiale Aicha Adoum a développé l’esprit de l’auto emploi, elle soutient avoir toujours eu « une famille très ouverte ».

Du journalisme aux technologies

Après son bac D en 2003 à l’âge de 19 ans, la fille d’Abéché s’envole pour Lille en France où, elle passe une année à l’école de journalisme. Passionnée des Tics, elle a préféré troqué le micro contre l’ordinateur. Au lieu d’informer Aicha Adoum a voulu plutôt aider à informer. C’est ainsi qu’elle va s’inscrire à la faculté des sciences et techniques de l’université de Limoge. Elle en sort nantie d’une maitrise 5 ans plus tard.

Pleine de vivacité et d’abnégation, elle a su être patiente pour franchir les étapes.  Elle se souvient  encore de quelques aventures : « je faisais le stage à la Sotel, un jour on était sur le terrain pour l’entretien des câbles puis, un cousin est passé par là. Quand il m’a vu il m’a demandé mais qu’est-ce que tu fais là ? Je lui ai répondu que je fais un stage mais il réitère sa question. En fait, j’étais en train de descendre dans un caniveau pour travailler ».  Ensuite, des ragots ont suivi, « maintenant elle entre dans les caniveaux pour chercher les câbles de la Sotel ».

On ne cache rien en informatique

Durant ses expériences en entreprise, la jeune femme souligne que ce n’est pas facile d’évoluer dans un environnement dominé par des préjugés et pesanteurs sociaux, « pourquoi c’est une femme qui me donne des ordres ?  Commander par une femme... Quelque fois, il y a des sabotages, tu peux déposer ton ordinateur et quelqu’un vient le manipuler à ton insu, heureusement qu’en informatique on peut retracer les indices », déclare Aïcha Adoum.

Reindos Technologies, la locomotive du savoir et de l’intelligence

Son défi majeur aujourd’hui est de montrer ce que vaut son entreprise. « Quand t’es une femme et que tu postules pour un marché, ce n’est pas facile mais ça ne m’a pas arrêté. » Et cela s’annonce bien car, à peine opérationnel, l’entreprise d’Aicha Adoum a triplé son chiffre d’affaires. Des marchés par ci des services privés par là et Reindos Tech se trace un chemin. Elle reconnait que pour avoir une place dans ce milieu dominé par les hommes en tant que femme, il faut travailler deux fois plus.

Une vie en dehors du boulot

Aicha Adoum aime le sport c’est pourquoi au Lycée elle jouait au Basketball. Elle est aussi  amoureuse de lecture. Elle cite Voltaire : « le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin ».

 

 

 

5 Commentaires

  1. Moussa Youssouf Ahmed
    15 février 2018 at 11 h 50 min Répondre

    Toutes mes sincères félicitations pour cet effort louable pour arriver à bon port Aicha.
    Vous servirez d exemple car la persévérance paie toujours

  2. Aicha Adoum Abdoulaye, du rêve de satellites au FAI - Guinée Decalée - Site Satirique d'Intoxication Gênée-râle
    15 février 2018 at 19 h 30 min Répondre

    […] Lire la suite  : http://tchadinfos.com/clips/aicha-adoum-abdoulaye-du-reve-de-satellites-au-fai/ […]

  3. Abakar Mahamat
    16 février 2018 at 0 h 53 min Répondre

    Bravo Aïcha, les courageux et courageuse dépassent toujours le préjugé pour réussir.

  4. #10 Entreprenariat féminin : Aicha Adoum Abdoulaye repousse les limites de la technologie | sahelien.com
    16 février 2018 at 15 h 57 min Répondre

    […] Après son bac D en 2003 à l’âge de 19 ans, la fille d’Abéché s’envole pour Lille en France où, elle passe une année à l’école de journalisme. Passionnée des Tics, elle a préféré troqué le micro contre l’ordinateur. Au lieu d’informer Aicha Adoum a voulu plutôt aider à informer. C’est ainsi qu’elle va s’inscrire à la faculté des sciences et techniques de l’université de Limoge. Elle en sort nantie d’une maîtrise 5 ans plus tard. *Cliquez ici pour lire la suite sur Tchad Infos  […]

Laisser un commentaire