Dans un communiqué publié ce vendredi, l’Agence nationale de gestion des élections (ANGE) a indiqué qu’elle a mentionné clairement dans les lettres d’accréditation “qu’elle ne finance pas les missions d’observation” des scrutins du 5 et 6 mai.

Dans ce communiqué, l’ANGE a rappelé qu’elle n’a pris “aucun engagement financier avec des missions d’observation électorale quelconque, nationale ou internantionale.” Toujours d’après le communiqué, l’institution a exigé des garanties de prise en charge par chaque structure d’observation ayant sollicité l’accréditation. Cette exigence faisait partie des critères pour l’accréditation.

De ce fait, l’ANGE se dédouane du blocus de certains observateurs dans des hôtels de N’Djamena, tel que rapporté par des médias locaux. Selon ces médias, ces observateurs se sont vu confisquer leurs passeports pour insolvabilité. “La seule obligation de l’ANGE était de délivrer les accréditations pour faciliter les accès aux bureaux de vote“, conclut le communiqué.