Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), dans un communiqué de presse, appelle la communauté internationale à aider d’urgence les réfugiés au Tchad, alors que le nombre de nouveaux arrivants a dépassé la barre des 100 000, depuis le début du conflit, le 15 avril.

Environ 100 000 réfugiés fuyant la violence au Soudan ont trouvé refuge dans l’est du Tchad, en particulier dans les provinces de Ouaddaï, Sila et Wadi Fira au moment où les nouvelles vagues d’arrivées se poursuivent. “La majorité de ces nouveaux arrivants sont originaires du Darfour, une région du Soudan profondément touchée par la violence et en proie à une instabilité croissante. On estime que jusqu’à 200 000 personnes pourraient être forcées de fuir vers l’est du Tchad dans les trois mois à venir”, indique le communiqué.

“Nous avons travaillé sans relâche en fournissant des services de protection, notamment une assistance spécialisée aux survivants de violences et aux enfants en situation de risque, en construisant des puits et des forages, en installant des latrines d’urgence, en gérant des cliniques mobiles, en organisant des convois complexes de réinstallation, en augmentant la capacité des camps pour accueillir les réfugiés nouvellement arrivés dans les camps de réfugiés existants, en construisant des abris familiaux et des infrastructures communautaires, et nous commençons à construire de nouveaux camps”, a déclaré Laura Lo Castro, représentante du HCR au Tchad.

Et d’indiquer qu’avec la saison des pluies qui se pointe à l’horizon, son institution a besoin d’une logistique massive pour déplacer les réfugiés des zones frontalières afin d’assurer leur sécurité et leur protection. “Nous devons établir immédiatement de nouveaux camps et étendre les camps existants et continuer à fournir une assistance humanitaire à la frontière et une fois que les réfugiés sont localisés. Les populations d’accueil étant gravement affectées par la situation au Soudan, l’assistance devra être étendue aux plus vulnérables parmi la population hôte.

Il faut rappeler qu’avant cette crise, le Tchad accueillait déjà environ 588 770 réfugiés, dont 409 819 Soudanais fuyant le conflit au Darfour à partir de mars 2023, 127 846 réfugiés de la République centrafricaine, 21 287 Nigérians fuyant les violences de Boko Haram dans la région du lac, 28 311 Camerounais affectés par des tensions intercommunautaires et 1 507 réfugiés d’autres nations. Le HCR estime à 381 289 le nombre de Tchadiens déplacés à l’intérieur du pays, principalement dans la province du lac Tchad.

Selon la représentante de HCR, son institution a besoin de 214,1 millions de dollars pour fournir une protection et une assistance vitales aux personnes déplacées de force au Tchad, dont 72,4 millions de dollars sont nécessaires pour la réponse d’urgence aux réfugiés fuyant le conflit au Soudan. “Malheureusement, les besoins du HCR pour le Tchad ne sont actuellement financés qu’à hauteur de 16%”, déplore-t-elle.