Le maire de la ville de N’Djamena, Ali Haroun, dans un communiqué publié ce jeudi 11 novembre, constate avec amertume la ventes de pain dans des conditions d’hygiène déplorables.

“Cette pratique comporte de grands risques sanitaires. Pour préserver la santé de la population, le pain doit être vendu dans des kiosques bien fermés ou sur une table soigneusement couvert, à l’abri de la poussière et des insectes”, conseille le premier magistrat de la ville de N’Djamena, Ali Haroun. Au vu de ce constat désolant, ” il est strictement interdit de vendre du pain dans des conditions inappropriées”, martèle le maire.

Ceci conformément à l’Ordonnance N°14/PR/2011, du 28 février 2011, portant code d’hygiène. Le maire d’avertir que des sanctions seront prises à l’encontre de tout vendeur qui continuerait à liquider les pains dans des conditions inappropriées.