RDC: offensive de l'armée et de l'ONU contre les rebelles hutus rwandais

GOMA (RD Congo) – L’armée congolaise et les Casques bleus ont lancé une offensive contre un bastion des rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dans l’Est de la République démocratique du Congo, a annoncé mercredi la Mission des Nations unies (Monusco).

L’offensive a commencé mardi sur l’axe Kitshanga-Pinga, deux localités du territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu, à environ 90 km au nord-ouest de la capitale provinciale Goma, a déclaré à la presse le général de corps d’armée Carlos Alberto Dos Santos Cruz, commandant en chef de la force militaire de la Monusco.

La brigade d’intervention de la Monusco est mobilisée en soutien aux Forces armées de la RDC (FARDC), qui mènent l’opération a ajouté le général, parce que cela fait deux ans que la population de ce coin ne bouge pas normalement compte tenu de l’activisme des FDLR dans la région.

L’officier a indiqué que des hélicoptères de l’ONU participaient à cette opération mais n’a pas précisé l’ampleur des moyens déployés. On ignore également si des combats avaient eu lieu mardi ou étaient en cours mercredi.

L’offensive prendra le temps qu’il faut, elle vise à mettre un terme aux activités des FDLR sur l’axe Kitchanga-Pinga, a-t-il ajouté.

Les FDLR sont formées de rebelles hutus rwandais réfugiés en RDC depuis le génocide perpétré en 1994 au Rwanda contre les Tutsis. Ils comptent encore dans leurs rangs des auteurs du génocide et sont estimés entre 1.500 et 2.000. Même s’ils sont aujourd’hui surtout une menace pour les civils congolais, leur objectif proclamé reste de renverser le régime de Kigali.

La brigade d’intervention de la Monusco s’était déployée à Pinga fin novembre et début décembre, occupant le terrain laissé par les rebelles FDLR et maï-maï Sheka.

A partir de là, nous allons rayonner sur d’autres régions afin de pourchasser les différents groupes armés qui font encore régner leur loi, a dit le général Dos Santos Cruz, faisant notamment référence aux rebelles ougandais ADF-Nalu.

Après sa victoire sur les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23), début novembre, le gouvernement congolais avait annoncé que sa prochaine cible serait les FDLR, présentes dans le pays depuis 1994, essentiellement dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Contrairement au M23, les FDLR ne tiennent pas toute une zone homogène mais sont actives dans plusieurs poches de territoire. Des dizaines d’autres groupes armés sont présents dans les deux provinces du Kivu, et, par extension, dans d’autres zones de la moitié Est du pays.

Le 4 décembre, le patron des opérations de maintien de la paix de l’ONU, Hervé Ladsous, avait annoncé à Goma que les Casques bleus comptaient s’attaquer à d’autres groupes armés après le M23.

Ces propos avaient marqué un durcissement du discours de l’ONU. Le représentant spécial en RDC, Martin Kobler, déclarait encore mi-novembre que les Nations unies étaient décidées à combattre les groupes armés, même si elles préféraient une voie paisible de désarmement volontaire des rebelles.
(©AFP / 11 décembre 2013 14h17)

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :