Les PDG africains optimistes quant aux perspectives de croissance en 2014

NAIROBI, 13 janvier (Xinhua) — Les PDG en Afrique ont confiance dans les perspectives de croissance en 2014, a montré lundi une étude publiée par Pricewaterhousecoopers.

Aux journalistes à Nairobi, Anne Eriksson de PWC Afrique de l’ Est a déclaré que 85 % des PDG en Afrique s’attendent à une croissance de leurs opérations en Afrique, par rapport à 74 % chez leurs homologues mondiaux.

L’étude se base sur l’interview de 301 PDG dans les secteurs public et privé dans 19 pays d’Afrique.

« Le plus haut niveau d’optimisme a été enregistré au Ghana, en Afrique du Sud, au Zimbabwe et au Rwanda, où les niveaux sont à 94% , 90 %, 90 % et 87 % respectivement », a indiqué Mme Eriksson.

Au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda et en Zambie, ces taux sont de 83 %, 70 %, 67 % et 65 % respectivement. Elle a souligné que cette confiance est inspirée par le potentiel de croissance qui existe dans chaque secteur de l’économie.

D’après cette étude, l’Afrique affiche un des marchés les plus dynamiques. Pour Peter Ngahu, aux assurances de PWC, l’Afrique s’ est élevée dans la hiérarchie des destinations mondiales clefs pour les investissements. « Cependant, les investisseurs devront comprendre les risques inhérents s’ils veulent réussir », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté que les obstacles clefs à la croissance sont les mauvaises infrastructures, la hausse de la fiscalité ainsi que la bureaucratie gouvernementale.

Pour sa part, le directeur de PWC, Steve Okello, a déclaré que l’Afrique est la deuxième région où la croissance est la plus rapide dans le monde après l’Asie. Mais M. Okello a souligné qu’en général, tous les pays africains souffrent d’importants déficits en infrastructures.

Il a ajouté que de nombreux pays africains possèdent d’ importantes ressources naturelles qui demandent des capitaux lourds.

Enfin, sur le plan des ressources humaines, le responsable de ce secteur à PWC, Kuria Muchiru, a souligné que l’Afrique manque de gens qualifiés malgré les nombreux diplômés entrant sur le marché du travail chaque année. « Malheureusement, l’éducation est très académique et les employeurs doivent donc former les nouvelles recrues », a-t-il expliqué, avant d’ajouter que la plupart des entreprises luttent également pour retenir les talents.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :