MICROFINANCE : Un nouveau dispositif pour mieux encadrer le secteur dans la CEMAC

MICROFINANCE : Un nouveau dispositif pour mieux encadrer le secteur dans la CEMAC

Le secteur de la microfinance s’est considérablement renforcé dans les pays de la Communauté Economique et Monétaire  des Etats de l’Afrique Centrale CEMAC. En Décembre 2017, on comptait près de sept cents (700) établissements agrés et en activité dans les pays de la zone. L’évolution du secteur a pris de cours la législation régissant  ce secteur. La Banque des Etats de l’Afrique Centrale à travers la  Commission Bancaire de l’Afrique Centrale(COBAC) vient d’éditer un nouveau dispositif qui a été présenté aux acteurs du secteur à Yaoundé ce 26 juin 2018.

Le dispositif qui régissait jusqu’à lors l’exercice et le contrôle de la microfinace dans les pays de la CEMAC datait de 2002. Il a le mérite d’avoir assujetti les acteurs à une unique réglementation supervisée par la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale. Cependant seize ans plutard, il est évident que cette réglementation est devenue obsolète. D’où la mise en place d’un nouveau dispositif depuis janvier 2018. Le président de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale Abbas Mahamat TOLLI  rassure que ce sont de nouvelles orientations nées du consensus. Ce nouveau dispositif a pour but de mieux encadrer le secteur notamment les Etablissements de Micro finance. A Yaoundé, les acteurs du secteur ont pu décortiquer les textes à travers trois thématiques : Règles de constitution, activités autorisées, agréments et modifications de situation ; Gouvernement d’entreprise, contrôle interne et supervision puis le traitement des créances et activité des commissaires aux comptes. Les échanges qui n’étaient pas plats ont permis de clarifier les points sur la catégorisation et le régime juridique  des Établissements de la Micro finance ainsi que l’activité des commissaires aux comptes dans le contrôle de ces EMF.

A la fin du séminaire, Abbas MAHAMAT TOLLI, le président de la COBAC  se félicite des discussions et de l’intérêt des différents acteurs pour ce nouveau dispositif qui au finish devrait améliorer leurs prestations et mieux protéger leurs clients que sont les populations d’Afrique Centrale. Tous les acteurs de la micro finance dans la zone CEMAC ont deux ans à compter du 1er janvier 2018 pour se conformer aux dispositifs de la nouvelle réglementation.

MSK

 

 

Laisser un commentaire