L'ONU appelle l'Afrique à fusionner les connaissances indigènes avec les sciences afin de combattre les catastrophes

NAIROBI, 11 octobre (Xinhua) — Vendredi, l’ONU a appelé l’ Afrique à fusionner les connaissances indigènes avec les sciences modernes afin de lutter contre les catastrophes naturelles.

Sharon Rusu, directeur du bureau régional africain de l’Office de l’ONU pour la Réduction des risques de catastrophes (UNISDR), a déclaré aux journalistes à Nairobi que les informations obtenues des cultures traditionnelles pourraient aider à réduire les catastrophes.

« Les sciences modernes pourraient être utilisées pour améliorer la justesse des méthodes de prédiction climatique contenues dans les connaissances indigènes », a déclaré Mme Rusu avant les fêtes de la Journée internationale pour la réduction des catastrophes, le 13 octobre.

Elle a expliqué que les faiseurs de pluie ont rassemblé au fil des siècles des informations sur les modèles climatiques. « Ces informations sont utiles pour les scientifiques qui prédisent les catastrophes », a-t-elle poursuivi.

Elle a ajouté que l’Afrique connaît fréquemment des sécheresses, des inondations et des incendies.

« Nous continuerons par conséquent à assister les pays africains pour appliquer ces pratiques qui réduiront les risques de catastrophes ».

Les Etats membres de l’ONU se réuniront en 2015 pendant la Conférence mondiale sur la réduction des risques liés aux catastrophes. « La communauté internationale adoptera un nouveau cadre mondial pour la réduction des risques afin de remplacer l’ actuel Cadre d’action Hyogo », a-t-elle souligné.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :