L'Afrique souhaite davantage d'investissements de l'Inde

JOHANNESBURG, 1er octobre (Xinhua) — Les responsables africains ont appelé mardi à davantage d’investissements de l’Inde à l’heure où leur continent se tourne vers l’industrialisation pour réaliser son développement.

S’exprimant lors de la troisième réunion Afrique-Inde des ministres du Commerce, la présidente de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a déclaré que « l’Inde a commencé à investir dans le secteur énergétique et minier en Afrique, et nous nous réjouissons d’avance de voir ces investissements contribuer au plan de l’Afrique pour promouvoir l’industrialisation et la production à valeur ajoutée à partir de matières premières »

Mme Dlamini-Zuma a appelé à davantage d’investissements financiers directs de l’Inde en Afrique, déclarant que « ces investissements devraient être diversifiés et encourager la participation du secteur privé local, en particulier pour les femmes et la population jeune grandissante d’Afrique ».

Saluant la contribution continue de l’Inde au développement de l’Afrique, le ministre sud-africain du Commerce et de l’ Industrie Rob Davies a déclaré lors de cette réunion que « nous sommes partenaires depuis de nombreuses années et nos relations commerciales continuent de gagner toujours plus en puissance ».

Il a également appelé l’Inde à aider l’Afrique à devenir un « producteur industriel » en établissant une relation de bénéfice mutuel.

« L’Afrique a besoin de s’industrialiser, et se contenter de produire des produits à valeur ajoutée pour les exporter vers les pays développés n’est plus une option viable », a déclaré le ministre.

Le ministre indien du Commerce, de l’Industrie et des Textiles Anand Sharma a déclaré que son pays serait désireux de jouer un rôle important dans le développement de l’Afrique.

L’Inde est actuellement le quatrième partenaire commercial de l’Afrique, tandis que ce continent est le sixième partenaire commercial de l’Inde. Les échanges commerciaux entre l’Afrique et l’Inde se sont élevés à 60 milliards de dollars en 2011, et on prévoit qu’ils devraient atteindre les 90 milliards de dollars d’ ici à 2015.

Laisser un commentaire