jeudi 1 décembre 2022

L’Afrique montre des progrès dans la mise en œuvre de l’initiative mondiale sur les migrations, selon la CEA

L’Afrique a réalisé des progrès significatifs dans la mise en œuvre de l’initiative mondiale visant à garantir des migrations sûres, ordonnées et régulières dans le contexte de la pandémie de COVID-19 qui menace la durabilité des gains, selon un communiqué de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations Unies publié jeudi.

La nouvelle a été annoncée lors de l’événement virtuel de cinq jours sur la mise en œuvre de l’examen régional de l’initiative intitulée “Pacte mondial pour les migrations”, qui s’est achevé mercredi.

D’après un rapport sur les migrations continentales rédigé par la CEA et présenté lors de la réunion, le nombre de migrants en Afrique est passé de 23,5 millions à 26,5 millions entre 2015 et 2019, soit une augmentation de 13 %, un taux supérieur à la moyenne mondiale de 9,2 %, et représentant 9,8 % de la population migrante mondiale.

Le rapport précise par ailleurs que les destinations de la plupart des migrants étaient en Afrique plutôt qu’en Europe ou en Amérique du Nord, tandis qu’environ 86% des migrations n’étaient pas liées à des conflits.

Les migrants ont considérablement contribué au développement de l’Afrique, avec des envois de fonds combinés évalués à 84,3 milliards de dollars en 2019, ce qui dépasse l’aide au développement reçue par la région.

La traite des êtres humains, les violations des droits de l’homme, la gestion des frontières, l’identité légale, l’accès aux services de base, les migrants disparus, la détention et le retour forcé sont les principales préoccupations identifiées par le rapport.

“La pandémie menace d’aplanir la trajectoire positive par rapport à plusieurs indicateurs, en particulier les emplois décents et la sécurité des migrants”, a commenté Thokozile Ruzvidzo, directrice de la Division du genre, de la pauvreté et des politiques sociales à la CEA, exprimant dans le même temps son inquiétude face à la montée de la xénophobie et des politiques restrictives qui ne font qu’augmenter les migrations irrégulières.

“De tels développements perturbateurs nécessitent des efforts concertés pour que les migrations fonctionnent pour tous”, a-t-elle aussi noté.

Laisser un commentaire

économie

Boko Haram : après 13 ans, les dégâts et les projections

Depuis environ 13 ans, la secte Boko Haram ne cesse de faire parler d’elle dans le bassin du lac Tchad, causant des dégâts énormes...

L’hydrogène vert produit en Afrique pourrait être parmi les plus compétitifs au monde (rapport)

Les facteurs de capacité élevés dont dispose le continent en matière d'énergies renouvelables devraient lui permettre de produire de l’hydrogène vert à des coûts...

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
1031 votes · 1032 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité