Infrastructures : le bitumage de l’axe routier Ngouri-Bol-Liwa piétine

0
23

L’axe Ngouri-Bol dont les travaux de bitumage sont confiés à la société ETEP n’avance pratiquement pas, plus de cinq années après le démarrage des travaux. La scission des travaux de ce tronçon de 100 kilomètres constituant, initialement un total d’un montant hors taxes de 61, 075 milliards Fcfa, ne change rien à leur lente réalisation.

Alors que l’entreprise en charge des travaux s’est focalisée depuis 2016, sur le premier lot de 64 kilomètres, pour une date butoir de livraison de la première section en mai 2020, les travaux restent essentiellement limités aux terrassements, chaussée, drainage, travaux divers et déviation.
« Pour l’axe Ngouri-Bol, la société ETEP ne veut pas seulement respecter les termes du contrat. Le tronçon Bol-Liwa, long de 85 kilomètres, dont le marché a été attribué à la société Houra, depuis 2019 n’a pas connu un début d’exécution. L’axe Rig Rig- Daboua, long de 93 kilomètres, confié à l’entreprise chinoise CGCOC pour un montant de plus de 54, 184 milliards Fcfa, pour un délai contractuel de 30 mois peine également à se réaliser. Alors que dans le cadre de la réalisation de la route transsaharienne, une autre entreprise a exécuté les travaux de la route Massaguet – Massakory, d’une distance de 68 kilomètres avant même le délai contractuel », constate un cadre du ministère des infrastructures et des transports. Des tentatives pour entrer en contact avec l’entreprise ETEP ont été vaines.

La partie tchadienne de la transsaharienne traine

La route transsaharienne (RTS) qui concerne six pays : l’Algérie, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Tchad et la Tunisie est un projet à vocation régionale orienté vers l’axe Nord-sud pour accroître les échanges commerciaux.

Cette route est un maillon important des corridors transsahariens, identifiés comme prioritaires par le programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA), pour atteindre les objectifs du NEPAD à l’horizon 2020. À cet effet, le gouvernement du Tchad s’est engagé à construire avec l’appui des partenaires au développement, la section tchadienne de la RTS allant de N’Djamena à la frontière nigérienne, longue de 568 kilomètres environ.

Au stade actuel, l’axe N’Djaména – Massakory – Ngouri , long de 236 kilomètres est effectivement bitumé. Le reste traîne encore pendant que certains pays membres tels que la Tunisie et le Nigéria sont déjà à 100% de leur réalisation.

Avec Le Progrès

Laisser un commentaire