mardi 26 octobre 2021

Des Maliens manifestent pour une prolongation de la transition et contre la Cédéao

Selon l’AFP, des centaines de personnes ont manifesté vendredi à Bamako pour une prolongation du pouvoir de la junte au Mali et contre les “diktats” de l’organisation régionale, la Cédéao qui exige la tenue d’élections en février comme prévu.

Lors d’un sommet jeudi, la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, 15 pays) a exigé des militaires qui ont renversé le 18 août 2020 le président Ibrahim Boubacar Keïta le “respect strict du calendrier de la transition” vers le rétablissement d’un pouvoir civil. Se disant “très préoccupée par la lenteur dans la préparation des élections” prévues fin février, elle a affirmé que leur tenue dans les délais était “non négociable”.

L’AFP indique que les manifestants rassemblés vendredi à Bamako à l’appel d’un influent chef religieux musulman, le chérif de Nioro (nord-ouest) Bouyé Haïdara, une des figures de la contestation contre M. Keïta qui avait précédé le putsch, ont rejeté ces injonctions. “Nous demandons trois ans de transition militaire pour redresser le Mali”, a déclaré Moulaye Yaffa, l’un des organisateurs. “Le Mali a toujours écouté la Cédéao, résultat: des élections mal organisées et des coups d’État. Cette fois nous allons prendre le temps nécessaire pour redresser le Mali”, a-t-il dit.

“Nous ne demandons que la prolongation du délai de la transition conformément aux recommandations de notre guide, le chérif de Nioro, et après Bamako nous allons continuer partout”, a assuré un manifestant, Seydina Allaye Cissé. “On s’oppose au diktat de la Cédéao. Trop, c’est trop !” s’est écriée Aïda Sissoko, une enseignante qui participait à la marche.

Après le coup d’Etat d’août 2020, la Cédéao avait pris des sanctions essentiellement économiques et suspendu le Mali de l’organisation. Ces sanctions avaient été levées à la suite de l’engagement des militaires dirigés par le colonel Assimi Goïta sur la voie d’une transition d’au plus18 mois. Mais, le colonel Goïta a mené en mai un nouveau coup de force en renversant le président de transition Bah Ndaw et son Premier ministre Moctar Ouane, et la communauté internationale exprime des inquiétudes croissantes sur le respect des échéances.

Laisser un commentaire

économie

Procès Sankara au Burkina : un soldat reconnaît les faits et raconte les détails de l’assassinat

Ouvert le 11 octobre dernier, le procès de l’assassinat de Thomas Sankara a repris hier. Ce mardi, le premier des accusés à s'exprimer devant...

Soudan : Moussa Faki appelle à des consultations immédiates

Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), le tchadien Moussa Faki Mahamat, a appelé lundi à des consultations immédiates sur la situation...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 3

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
476 votes · 477 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité