La croissance de l'Afrique se ralentira à 4% en 2015

NAIROBI, 13 avril (Xinhua) — La baisse des prix du pétrole et d’autres produits sont susceptibles de ralentir la croissance économique en Afrique subsaharienne à 4% en 2015, contre 4,5% de l’année dernière, a prévu la Banque mondiale lundi.

Le croissance moyenne devrait se situer autour de 4,7% si l’Afrique du Sud n’est tenu en compte, a indiqué la Banque mondiale dans son rapport “Africa’s Pulse”, une analyse semestrielle des questions qui influencent les perspectives économiques de l’Afrique, publié à Nairobi.

“Comme initialement prévu, des vents arrières externes sont devenus des vents contraires pour le développement de l’Afrique. C’ est pendant ces moments difficiles que la région peut et doit montrer qu’elle est capable et peut soutenir le progrès économique et social par ses propres moyens”, a déclaré Francisco Ferreira, économiste en chef de la banque pour l’Afrique.

Les prévisions de 2015 sont inférieures par rapport au taux de croissance moyenne de 4,4% par an pour les deux dernières décennies, ce qui est bien en deçà des taux de croissance de pointe de 6,4 pour l’Afrique, de 2002 à 2008.

Le rapport affirme que la grande diversité économique du continent est également reflétée dans l’impact de la baisse des prix des matières premières, même parmi les producteurs de pétrole.

Le rapport note que, bien que l’économie nigériane souffrirait cette année, la croissance devrait rebondir en 2016 et au-delà, grâce à une économie relativement diversifiée, et un secteur des services dynamique.

La faiblesse des prix du pétrole continuera à peser sur les perspectives des exportateurs de pétrole moins diversifiés tels que l’Angola et la Guinée équatoriale. Dans plusieurs pays importateurs de pétrole, comme la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Sénégal, la croissance devrait rester forte.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :