La croissance économique en Afrique subsaharienne devrait atteindre 5,3% l'an prochain selon la Banque Mondiale

LE CAP, 7 octobre (Xinhua) — Portée par la hausse des investissements dans la région, l’Afrique subsaharienne (ASS) continuera de vivre une hausse de la croissance économique qui s’ élèvera à 5,3% en 2014 et 5,5% en 2015, a déclaré lundi la Banque mondiale.

Les pays africains sont désormais systématiquement parmi les pays à plus forte croissance dans le monde, selon New Africa’s Pulse de la Banque mondiale , une analyse semestrielle des enjeux qui façonnent les perspectives économiques de l’Afrique.

La croissance économique en Afrique subsaharienne reste forte et devrait s’établir à 4,9% en 2013, et près d’un tiers des pays de la région jouissent d’une croissance de 6% et plus, selon le rapport.

Des investissements forts de la part des gouvernements et une production plus élevée dans les secteurs de ressources minérales, de l’agriculture et de services soutiennent l’essentiel de la croissance économique, a précisé le rapport.

La hausse de la croissance de l’Afrique est sous-tendue par l’investissement privé. La formation brute de capital fixe dans la région a augmenté régulièrement d’environ 16,4% du PIB en 2000 à environ 20,4% en 2011. La reprise de l’investissement a directement contribué à la croissance économique et a également contribué à accroître la capacité productive de l’économie de la région, selon le rapport.

Davantage de projets d’infrastructure sont financés à travers de nouvelles sources de financement, comme la Chine, mais de plus en plus du Brésil et de l’Inde, a indiqué le rapport.

Etant donné que les taux de croissance de l’Afrique ne cesse d’augmenter et la région devenant de plus en plus une pôle d’attraction pour les investissements et le tourisme, le rapport a noté que la pauvreté et les inégalités restent « très élevées et le rythme de la réduction est d’une lenteur inacceptable ».

Près d’un sur deux Africains vit dans l’extrême pauvreté. D’ une manière optimiste, ce taux sera ramené à entre 16 et 30% d’ici 2030. Le rapport suggère que la plupart des personnes pauvres dans le monde d’ici 2030 vivront en Afrique.

« Le maintien de la forte croissance de l’Afrique sur le long terme tout en réduisant de manière significative la pauvreté et le renforcement de la résilience des populations face à l’adversité peut s’avérer difficile en raison des nombreuses incertitudes internes et externes auxquelles font face des pays africains », a déclaré M. Makhtar Diop, le vice-président du Groupe de la Banque mondiale pour l’Afrique.

« En Afrique, les catastrophes naturelles telles que les sécheresses et les inondations sont plus fréquentes alors que la menace de conflits se poursuit, et les récents événements en République centrafricaine et au Mali renforçent la nécessité pour la paix, la sécurité et le développement qui devraient avoir lieu en même temps », a affirmé M. Diop.

Le Groupe de la Banque mondiale a promis 1 milliard de dollars américains en mai de cette année pour aider à ramener la paix et le développement dans la région des Grands Lacs de l’Afrique à travers de meilleurs services de santé et d’éducation, la création de plus d’emplois et la promotion du commerce transfrontalier entre les pays de la région, en plus d’électricité.

Suite à la crise financière mondiale et la volatilité climatique récurrente sur le continent, un nombre croissant de pays africains mettent en place des filets de sécurité sociale pour protéger la santé et les moyens de subsistance des populations pauvres et vulnérables pendant les périodes d’adversité.

Le rapport a noté que les filets de sécurité peuvent protéger les familles contre les pires effets de la crise et contribuent également à la croissance en permettant aux gens d’augmenter leurs revenus.

La Banque mondiale a exhorté les pays africains à veiller à ce que la croissance se traduise moins de pauvreté.

« L’Afrique a progressé plus rapidement dans la dernière décennie plus que la plupart des autres régions, mais l’impact sur la pauvreté est beaucoup moins que ce que nous aurions aimé. La croissance en Afrique n’a pas été aussi forte dans la réduction de la pauvreté comme il aurait pu être en raison des niveaux élevés d’inégalité. Une croissance équitable est possible, mais elle nécessite une baisse des inégalités dans les résultats et les opportunités», a déclaré Francisco Ferreira, l’économiste en chef par intérim, pour la Région Afrique de la Banque mondiale.

Le rapport note également que les exportations en provenance d’Afrique sub-saharienne sont restées concentrées sur quelques produits de base tels que le pétrole, les métaux et les minéraux.

La forte dépendance d’un ou de quelques produits de base rend les pays riches en ressources naturelles de l’Afrique vulnérable aux brusques fluctuations des prix de ces produits, a déclaré Punam Chuhan -Pole , l’économiste principal de la Région Afrique de la Banque mondiale et auteur du rapport.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :