Centrafrique : réactions contrastées à Bangui après la démission forcée de Djotodia et de Tiangaye

415276YAOUNDE, 10 janvier (Xinhua) — Sous la pression des dirigeants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) réunis depuis la veille à N’Djamena au Tchad et surtout de la France, le président de la transition centrafricain Michel Djotodia et le Premier ministre Nicolas Tiangaye ont accept é de démissionner de leurs fonctions vendredi, une décision diversement appréciée à Bangui.

En poste depuis sa prise du pouvoir le 24 mars 2013 pour le premier et le 3 février pour le second suite à la formation de son gouvernement d’union nationale et de transition consécutif à l’ accord politique intercentrafricain conclu le 11 janvier de la mê me année à Libreville (Gabon), Michel Djotodia et Nicolas Tiangaye ont été contraints de se retirer lors d’un sommet extraordinaire de la CEEAC dans la capitale tchadienne destiné à trouver une solution au chaos en République centrafricaine (RCA).

Accusé d’attentisme face à une crise qui ne cessait de s’ aggraver à cause de la poursuite des violences sous l’instigation de ses ex-rebelles de la Séléka et des milices d’autodéfense anti- Balakas, le chef de l’Etat par intérim était surtout sur la sellette depuis l’exigence de sa mise à l’écart formellement formulée par le président français François Hollande début dé cembre à Paris, au moment du déploiement de l’opération Sangaris à Bangui.

Confrontée à la résistance des groupes armés à mettre un terme à leurs activités, cette force française a peiné avec la force africaine de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) également la mission autorisée par les Nations Unies de permettre la sécurisation et la pacification du territoire centrafricain réputé fragilisé par des crises politiques récurrentes.

A Bangui, la démission de deux têtes de l’exécutif suscite des réactions contrastées. Dans le camp présidentiel d’abord, le discours est à la retenue. « Pour nous, nous voulons seulement que la paix revienne dans notre pays, que ce soit Michel (Djotodia) ou un autre Centrafricain qui vient », a déclaré le colonel Christian Narkoyo, ex-porte-parole militaire de la Séléka aujourd’hui commandant de la gendarmerie mobile joint à Bangui par Xinhua.

Avec cette démission de l’ex-chef rebelle, ce sont les partisans de l’ancien régime de François Bozizé et les communautés chrétiennes centrafricaines traumatisées par les exactions de l’ex- rébellion qui jubilent. Poussés à un exode massif dans diverses villes du pays, celles-ci ont organisé plusieurs manifestations ces derniers temps pour réclamer ce départ.

Mais l’acte forcé de Michel Djotodia ouvre-t-il véritablement la voie au retour à la paix et la sécurité en RCA ? « C’est le souhait de tous les Centrafricains. Michel a quitté le pouvoir, il a démissionné », répond Narkoyo qui a fait part d’un sentiment de sérénité dans les rangs du camp du chef de l’Etat adoubé par un sommet de la CEEAC tenu comme celui-ci le 18 avril 2013 à N’ Djamena, une décision entérinée par la suie par le Conseil national de transition (CNT, Parlement de transition).

Pour le patron de la gendarmerie mobile centrafricaine encore, « nous n’avons pas d’inquiétudes. On demande seulement à celui qui viendra après Michel de nous conduire dans la bonne direction. Les choses commencent à changer, peut-être que ça va amener la paix ».

Christian Narkoyo a cependant réaffirmé son opposition à l’ envoi de Casques bleus onusiens pour une mission de maintien de la paix dans son pays, une option au menu des discussions des chefs d’ Etat et de gouvernement de la CEEAC à N’Djamena et aussi au Conseil de sécurité des Nations Unies qu’il juge « inopportune ».

Sur la question de la participation des ex-Séléka dans la poursuite de la transition, la réponse est tranchée : « Qu’est-ce qui nous empêcher de travailler ? Nous sommes des Centrafricains. On travaille pour le pays, on ne travaille pas pour Michel. »

En attendant la communication des détails des résolutions du sommet de la CEEAC de la capitale tchadienne auquel Djotodia et Tiangaye ont été conviés ainsi qu’au dernier moment les membres du Conseil national de transition convoyés par un vol affrété par la présidence tchadienne, il est certain que la RCA vient de franchir une nouvelle étape dans sa transition politique censée déboucher sur la tenue d’une présidentielle et d’un scrutin législatif dé mocratiques.

Au sein de la classe politique, c’est une étape jugée cruciale dans le règlement de la crise. « Ma réaction, c’est de dire qu’il nous appartient à nous Centrafricains, après les décisions du sommet de la CEEAC, d’écrire une nouvelle page qui est celle de la réconciliation nationale, de la tolérance, de la justice et du pardon », a relevé l’ex-Premier ministre Martin Ziguelé, un des chefs de file de l’opposition démocratique représentée par l’ Alliance des forces démocratiques pour la transition.

Sur une note d’apaisement, l’ex-chef chef du gouvernement de feu Ange-Félix Patassé et leader du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) créé par celui-ci assure que « la dé cision de ce sommet n’est pas une victoire d’un camp sur un autre. C’est un nouveau défi. Aujourd’hui, nous sommes dans la démarche de la recherche de la paix et de la réconciliation nationale ».

Selon lui, l’objectif principal à réaliser maintenant se ré sume par « la construction nationale », un chantier qui exige, explique-t-il, de la part du peuple centrafricain de se mettre ré solument au travail « dans la dignité, l’unité, la solidarité et le pardon », en vue d’un « vivre ensemble de tous les Centrafricains » harmonieux.

(par Raphaël MVOGO)

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :