Cameroun : au moins deux morts lors d’accrochages dans la zone anglophone

0
207
La ville de Buea dans la partie anglophone du Cameroun (Ph.DR)

Au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessés ce mercredi matin dans des affrontements entre l’armée et des militants sécessionnistes dans la région anglophone de Sud-Ouest du Cameroun, selon des sources locales concordantes contactées par Xinhua.

Les populations de Buea, théâtre de ces combats et chef-lieu de la région de Sud-Ouest, apeurées, se sont enfermées chez elles, ont précisé les mêmes sources qui requièrent l’anonymat, faisant par ailleurs état d’opérations de traque des séparatistes dans divers quartiers de la ville.

La première rencontre du groupe F entre la Tunisie et le Mali (0-1), comptant pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, s’est déroulée de ce fait ce mercredi sous très haute surveillance militaire dans la ville camerounaise de Limbe, à environ 25km de Buea.

Le deuxième match de la journée dans le même stade de Limbe, opposant plus tard la Mauritanie à la Gambie, s’est déroulé dans le même climat de haute tension sécuritaire.

L’on note que les séparatistes, qui veulent créer une nation appelée “Ambazonia” dans les régions anglophones de Nord-Ouest et de Sud-Ouest, ont par diverses publications sur les réseaux sociaux promis de perturber les matchs de la CAN, qui se tiennent dans ce pays d’Afrique centrale du 9 janvier au 6 février.

Parallèlement, dans la nuit de mardi à mercredi, le sénateur Henry Kemende, membre du directoire du Social Democratic Front (SDF, opposition), a été abattu par de présumés sécessionnistes dans le chef-lieu de la région anglophone voisine du Nord-Ouest, Bamenda.

La crise sécessionniste anglophone au Cameroun a déjà fait plus de 4.000 morts et forcé plus de 700.000 habitants à fuir leur domicile en quatre années, selon les chiffres publiés en octobre 2021 par le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

Laisser un commentaire