Les agriculteurs africains appelés à profiter de la recherche scientifique pour se diversifier

ISIOLO (Kenya), 30 septembre (Xinhua) — Les agriculteurs d’ Afrique ont été appelés à profiter de la recherche scientifique pour améliorer la production de nourriture face à la pénurie causée par les changements climatiques.

Le directeur de la Fédération nationale des producteurs agricoles du Kenya (KENFAP), Joseph Miriti, a déclaré lundi que le manque de nourriture au Kenya et plus encore en Afrique était dû au fait que les agriculteurs ne tirent pas profit des conseils appropriés tirés de la recherche pour faire face aux questions de sécurité alimentaire.

“Nous conseillons aux agriculteurs de commencer à planter des cultures résistantes à la sécheresse comme le sorgho, le haricot mungo, le dolique, le manioc et le maïs Katumani, qui peuvent être récoltés dans le plus bref laps de temps possible”, a déclaré M. Miriti dans la ville d’Isiolo dans le nord L’Afrique est la seule région du monde où le nombre de personnes souffrant de la faim augmente, puisqu’il est passé de 175 millions à 239 millions, avec une augmentation de près de 20 millions rien que sur les 4 dernières années.

Les experts de sécurité alimentaire ont appelé les gouvernements africains à investir de toute urgence dans des systèmes qui permettront une réduction considérable des pertes ultérieures à la récolte, un facteur majeur de l’insécurité alimentaire sur ce continent.

Les agriculteurs ont aussi insuffisamment diversifié leurs moyens de subsistance par l’essai de cultures résistantes à la sécheresse, de manière à s’adapter à la sécheresse dans la région, a également déclaré M. Miriti.

M. Miriti s’adressait à des agriculteurs et parties prenantes réunis pour un forum de validation d’une journée à Isiolo, et leur a conseillé de repenser leur mode de vie en plantant des cultures propices à leur environnement, qui puissent être récoltées dans le laps de temps le plus bref possible.

La région est toujours exposée à des précipitations trop courtes et peu fiables pour l’agriculture, a-t-il déclaré, invitant les agriculteurs à cultiver des plantes résistantes à la sécheresse près de la rivière Ewaso Nyiro, qui se jette dans le marais de Lorian.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :