Abdoulaye Bathily quitte Libreville pour briguer la présidence de la Commission de l’UA

0
392

Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies dans la sous-région d’Afrique centrale (UNOCA), le Sénégalais Abdoulaye Bathily en fin de mandat, quittera Libreville en fin décembre pour briguer le poste de président de la Commission de l’Union africaine (UA).

Selon un communiqué officiel, le gouvernement sénégalais s’apprête à lancer Abdoulaye Bathily dans la course pour le poste du président de la Commission de l’Union africaine (UA), actuellement occupé par la Sud-Africaine Nkossazana Diamini Zuma.

L’élection à la tête de la présidence de l’Union africaine est fixée pour le mois de janvier 2017, à l’occasion d’un sommet des chefs d’Etat et du gouvernement.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a adoubé cette candidature du citoyen sénégalais qui occupe le poste du représentant du secrétaire général des Nations-Unies en Afrique centrale (UNOCA), dont la capitale gabonaise, Libreville abrite le siège.

Au Gabon, le diplomate sénégalais a multiplié des initiatives pour encourager les acteurs politiques, notamment le pouvoir et l’opposition, à la tenue d’un dialogue dans le but d’apaiser les tensions déjà perceptibles avant la tenue de l’élection présidentielle du 27 août dernier.

François Lousény Fall, ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la Guinée-Conacry, assurera l’intérim du représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), à la place d’Abdoulaye Bathily.

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut que les hommes politiques en Afrique cessent de faire une politique de vagabondage et de mendiant éternel. En politique, on est jamais un pauvre, mais un noble qui cherche le pouvoir non pour soi-meme, mais pour le peuple, pour son bien être, aussi et surtout pour le Développement du pays et l’envol tant attendu bien des années. Or, au Tchad, tous les hommes politiques sont des mendiants. Ils se camouflent derrière les écoles, les paysans comme des chairs à canon. Ils ne sont jamais en premiere ligne. Ils veulent le pouvoir, mais dans la cuisine.

  2. Moderation Pourquoi faire? C’est ce qui se passe réellement. Je ne suis pas pour une guerre mais pour la paix même dans la pauvrete mla plus totale. Faire la politique pour la famille et à soi-même, ne vous apportera que le malheur. Il Y a toujours un président, et c’est Dieu qui donne le pouvoir.

Laisser un commentaire