Livre : « Les martyrs du régime Habré » par Nadjikimo Benoudjita

Livre : « Les martyrs du régime Habré » par Nadjikimo Benoudjita

LITTERATURE – A 67 ans, Nadjikimo Benoudjita a publié son premier livre intitulé « Les martyrs du régime Habré », le 15 mai dernier. Une œuvre qui relate le parcours douloureux de Juline et Kaltouma, deux victimes du régime de Hissein Habré. A travers elles, l’auteur raconte la souffrance des milliers de Tchadiens qui ont subi et continuent par subir l’oppression et l’exclusion politique.

Ce sont 78 pages consacrées aux milliers de victimes de la dictature de Hissein Habré. Le livre met en récit le long chemin parcouru par deux femmes, Juline et Kaltouma, toutes deux des martyrs de Habré.
« Elles sont veuves, elles ont subi dans leur chair et dans leur âme les affres des supplices infligées aux leurs : pères, époux, filles ou fils. Elles étaient jeunes, belles et heureuses, aspiraient dans leur foyer à des lendemains meilleurs pour leur ménage et leur progéniture. Elles ont connu la douleur et les pires humiliations ». Nadjikimo Benoudjita, ancien journaliste tchadien, a consacré ses lignes ces femmes-là.

Des femmes résilientes et défiantes

« Les martyrs du régime Habré » est le premier livre de Nadjikimo Benoudjita, publié aux éditions « Edilivre ». Placé sous la rubrique d’ « essai ou étude politique », cet œuvrage, non seulement raconte le parcours triste de Mariam et Kaltouma, mais celui des familles des morts et disparus de l’autocratie Habré.

L’oeuvre de Nadjikimo est un « devoir de mémoire », a indiqué Brya Elise Grace dans la préface du roman. « Il nous rappelle à travers cet ouvrage ce qui a déchiré le Nationalisme au Tchad. Il explique ici les douleurs et meurtrissures que beaucoup ont subies et continuent à subir dans le silence. »

« Mariam Juline Kayangar et Kaltouma Daba incarne, selon l’auteur, l’extraordinaire résilience des femmes (…) au cours de cette longue période de terreur et d’oppression sociale imposée par Hissein Habré aux populations tchadiennes », a écrit l’auteur. Pour lui d’ajouter plus loin que : « raconter l’histoire singulière de ces deux femmes, c’est aussi rendre hommage à toutes celles qui ont porté sur elles, l’espoir de leur entourage immédiat et dont la lutte anonyme a surement sauvé le reste de l’humanité nécessaire aux hommes pour panser les blessures profondes causées par la haine et espérer un monde meilleur ».

Briser le prisme bipolaire

L’auteur a brisé, dans son ouvrage, le prisme bipolaire de la lecture commune de l’histoire du Tchad. En effet, par-là, l’on veut démentir ces idées reçues qui relatent un conflit qui oppose les musulmans aux chrétiens ou d’un conflit des populations du nord contre celles du sud. « Parce que, toutes les deux musulmanes, mariées à des musulmans et toutes deux ressortissantes de ce grand nord culturel que revendiquent les politiciens, elles n’en furent pas moins, à travers leurs époux, victimes d’un système totalitaire qui n’avait épargné aucunement communauté tchadienne. »

Il faut rappeler, Hissein Habré alias « HH » a été le président du Tchad de 1982 à 1990. En 8 ans, son régime a fait plus de 40.000 morts et disparus. Le régime dictatorial sera évincé en 1990 par la rébellion de l’actuel président, Idriss Deby Itno. HH a été condamné en 2015 à Dakar au Sénégal à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture.

A lire : Tchad : Les N’Djaménois saluent la condamnation de Hissène Habré

Père de quatre enfants, Nadjikimo Benoudjita, 67 ans, a fait ses études supérieures à l’université à N’Djamena puis à celle de Québec, au Canada. Ses parcours, rencontres et échanges, ont enrichi son expérience. C’est ce qui a façonné sa personnalité. Il a été enseignant, journaliste, communicateur et leader d’opinion dans son pays.

Un commentaire

  1. nadjikimo Benoudjita
    11 juin 2020 at 15 h 53 min Répondre

    Merci à Tchad info pour cet article qui contribue à la connaissance et à la promotion de le livre, Les Martyres du Régime HABRE, un récit qui rapporte les témoignages émouvants de deux Tchadiennes resilientes et déterminées quoique profondément éprouvées. Le livre relate aussi le témoignage d’un homme, et non des moindres, le priseur Zakaria Fadoul, récemment emporté par la mort. Ses paroles résonnent comme le diagnostic d’un mal profond qui tourmente les Sahelo-sahariens Tchadiens mais aussi comme une prophétie lugubre augurant de sombres lendemains pour les Tchadiens.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :