Le rapport souligne que le coût du service de la dette extérieure de l’Afrique en pourcentage des dépenses publiques a plus que triplé au cours des quinze dernières années, passant de -4% en 2009 à plus de 12% en 2024.

50 pays africains ont un ratio dette/PIB inférieur à ceux du Japon et des Etats-Unis, selon un rapport publié le mardi 18 juin 2024 par la Fondation Mo Ibrahim.

Le rapport, qui se base sur les évaluations de l’endettement réalisées par le Fonds monétaire international (FMI), précise que sur les 52 pays du continent pour lesquels les données sont disponibles, deux pays seulement affichent actuellement des niveaux d’endettement qui dépassent ceux du Japon (254,6% du PIB) et des Etats-Unis (123,3% du PIB). Il s’agit du Soudan, qui reste le pays le plus endetté à l’échelle mondiale avec un ratio dette/PIB de 280,3% et de l’Erythrée (207%).

Le ratio moyen dette/PIB de l’ensemble du continent est de 68,6 % en 2024, d’après les données du FMI.

Intitulé « Financing Africa : where is the money ? », le rapport indique que 28 pays africains étaient cependant « en crise de la dette » en 2022, d’après l’analyse de l’ONG britannique Debt Justice, qui classe dans cette catégorie tous les pays où le remboursement de la dette mine l’économie et se base sur des ratios tels que le coût du service de la dette par rapport aux recettes de l’Etat et aux exportations.

A contrario, le FMI, qui se concentre uniquement sur la capacité d’un pays à continuer à rembourser sa dette, considère que huit pays africains seulement sont en situation de surendettement (debt distress) : la République du Congo, le Ghana, le Malawi, São Tomé-et-Principe, la Somalie, le Soudan, la Zambie et le Zimbabwe.

Malgré ces divergences liées à la définition même de la crise de la dette et aux critères déterminant la situation de surendettement, le rapport souligne que le coût du service de la dette extérieure de l’Afrique en pourcentage des dépenses publiques a plus que triplé au cours des quinze dernières années, passant de -4% en 2009 à plus de 12% en 2024.

15 pays africains figurent aujourd’hui dans le Top 20 mondial des Etats affichant le ratio service de la dette extérieure-recettes publiques le plus élevé, dont l’Angola (62,7%), la Zambie (42,2%), l’Egypte (39,9%), Djibouti (38,9%), la Tunisie (30,9%) et le Bénin (27,7%). Conséquence : 25 pays africains ont dépensé plus de ressources publiques pour les intérêts nets du service de la dette que pour la santé entre 2019 et 2021.

Avec Agence Écofin