Tchad : Voici ce que le SET exige avant la reprise des cours

Tchad : Voici ce que le SET exige avant la reprise des cours

Le syndicat des enseignants du Tchad (SET), membre de la plateforme revendicative à travers la confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST) dont il est affilié, a évoqué, ce mardi 2 janvier 2017, lors de son assemblée générale extraordinaire, la satisfaction totale de ses revendications avant toute reprise des cours. Les préalables posés par le SET sont le paiement des arriérés de salaires (pour le moment aucun sauf le mois de décembre qui vient de finir), des primes des examens et concours et le versement du treizième mois qui devrait être payé depuis le mois de juillet 2016. Le SET exige aussi le retrait des 16 mesures d’urgence prises par le gouvernement fin août 2016 pour juguler la crise économique et financière. Dans ces 16 mesures, celle qui touche aux intérêts des enseignants est la réduction à 50% de leurs primes et indemnités qui étaient au départ de 90 000 FCFA et qui seront désormais de 45 000 FCFA par mois. Le SET s’est dit aussi en insécurité et que ses membres allaient travailler désormais sous pression à cause de la modification de la loi n°008 réglementant l’exercice du droit de grève dans les services publics et privés en République du Tchad.
Les nouvelles dispositions de la loi n°008 ne donnent pas de marge aux travailleurs d’aller en grève sèche et illimité même si le retard dépasse la période initiale de 8 jours francs. Les travailleurs ont droit qu’à trois jours de grève par mois même si le retard de salaires est généralisé et que la faute incombe au gouvernement. Les journées non prestées ne seront plus payées et la charge est à la responsabilité du syndicat ayant appelé à la grève.
Le ministre de l’Education nationale Ahmat Khazali Acyl avait rassuré lors de sa déclaration que les dispositions sont prises pour le payement des primes des examens et concours dans toutes les régions. Le président de la République, Idriss Déby Itno, lui, dans son message à la Nation a appelé les travailleurs à reprendre leurs activités en insistant que l’heure est grave et que l’argent est rare partout.

Laisser un commentaire