Tchad : Treg, 20 coureurs de l'extrême lâchés dans l'Ennedi

Avec les paysages sauvages de l’Ennedi pour décor, le Treg, ultra-trail tchadien de 177 km, ne manque pas de grandeur. Départ de la première édition : le 13 février à l’aube.
L’Afrique, terrain de jeu des coureurs les plus endurants du monde ? Après feu le Lybian Challenge et le Marathon des Sables (du 4 au 14 avril), voici le “Treg”, dernier né de la famille des ultra-trails, ces épreuves de course à pied sur longue distance en pleine nature. Treg ? Simple contraction des mots “trail” et “reg”. Chacun l’aura compris, cette course de 177 kilomètres se déroule dans une zone désertique du Nord du Tchad, l’Ennedi, non loin de la frontière soudanaise.
Pour les 19 sportifs participant à cette première édition, le départ sera donné le 13 février 2014 à six heures du matin, dans l’un des plus beaux sites de cette région, la Guelta d’Archeï – où les nomades emmènent boire leurs troupeaux de chèvres et de dromadaires. En autonomie complète, les coureurs disposeront à partir de ce moment de 60 heures au maximum pour terminer une boucle passant par la Guelta de Bachikélé, le labyrinthe de Kecheli ou encore la grande Arche d’Aloba. Entre dunes, acacias et plaines pierreuses, sous les falaises ocres de monumentaux massifs rocheux, ils rallieront les six points de contrôle situés tous les 25 kilomètres pour leur permettre de se ravitailler en eau, de se reposer ou de recevoir une aide médicalisé en cas de besoin – sous le regard d’Isabelle Paucot, responsable de l’équipe médicale et spécialiste de ce genre de défi.
Balise satellite
Tous équipés d’une balise satellite, ils pourront être localisés à chaque instant et secouru si besoin. Inutile de préciser qu’entre la chaleur et les difficultés du terrain, l’épreuve à beau être belle, elle est aussi particulièrement exigeante. Mais ceux qui y participent, moyennant un peu plus de 2 500 euros, le savent pour avoir déjà usé leurs semelles sur la Diagonale des fous (La Réunion), ou autour du Mont Blanc (Ultra-Trail du Mont-Blanc, UTMB), en France.
>> Lire aussi : Marathons, trails et ultra-trails… L’Afrique à l’heure des courses à pied
Parmi les plus connus, Sylvain Bazin, journaliste-coureur-baroudeur habitué des ultra-trails. Un concurrent à l’image de l’équipe qui est à l’origine de l’organisation du Treg : Jean-Philippe Allaire a participé plusieurs fois à l’UTMB et au Grand Raid des Pyrénées, tandis que ses comparses Hervé Pardailhe et Laurent Sturtz s’illustraient eux aussi sur l’UTMB ou la Diagonale des Fous.

Implication de Point Afrique
Reste que cette épreuve extrême n’aurait pas été possible sans l’implication de Point Afrique, la coopérative à but non lucratif créée par Maurice Freund pour développer un tourisme durable dans le Sahel. Alors que la présence de groupes jihadistes interdit aux touristes de nombreuses zones du Sahara, le voyagiste a profité de l’accalmie des rebellions tchadiennes pour mettre en place – contre l’avis des autorités françaises – une liaison aérienne entre Marseille et Faya-Largeau.
L’idée ? Combattre par le développement d’un tourisme équitable la progression de l’obscurantisme.
Soutenu financièrement par Idriss Déby Itno – le chef de l’État tchadien est originaire de Berdoba, près de Fada, dans l’Ennedi – Point Afrique a permis cette année à quelques 500 touristes de visiter cette somptueuse région, s’appuyant notamment sur la coopération des populations toubous. L’idée ? Combattre par le développement d’un tourisme équitable la progression de l’obscurantisme. Selon un logisticien de Point Afrique installé à Faya-Largeau : “Les Toubous sont des guerriers et ils détestent les barbus. Ils ne les laisseront pas s’installer ici.” Espérons-le, le Tchad a tout à y gagner.
________
Nicolas Michel

SOURCE: Jeuneafrique.com

Laisser un commentaire