Tchad : L’UST rejette les dispositions de la loi des finances 2018 relatives à l’IRPP

Tchad : L’UST rejette les dispositions de la loi des finances 2018 relatives à l’IRPP

L’article 1 de la loi des finances 2018 prévoit une augmentation des Impôts sur les revenus des personnes physiques (IRPP) de 10 à 30% selon un barème sur les revenus annuels.  A cet effet, une réunion d’urgence des responsables des fédérations syndicales élargie aux délégués du personnel et délégués syndicaux du secteur privé et parapublic a eu lieu, vendredi 19 janvier 2018 à la bourse du travail.

Selon un communiqué du Collectif des fédérations syndicales, publié ce samedi, 20 janvier 2018, « il ressort des débats un rejet catégorique de l’application des dispositions de l’article ci haut cité tendant à asphyxier les travailleuses et travailleurs, qui peinent déjà à joindre les deux bouts avec la cherté de la vie ».

Les responsables des fédérations syndicales, les délégués du personnel et délégués syndicaux du secteur public et parapublic demandent au gouvernement de suspendre l’application des dispositions relatives à l’augmentation des impôts sur les revenus des personnes physiques des agents du secteur privé et parapublics. Ils réaffirment enfin leur opposition à une quelconque diminution des salaires à compter du mois de janvier suite à l’application de la loi des finances portant budget général de l’Etat pour l’année 2018 et appellent leurs camarades travailleuses et travailleurs à une vigilance accrue.

« Convaincus que seule la lutte libère, des actions conséquentes seront menées si le gouvernement ne prend pas en compte cette revendication légitime », conclut le communiqué.

2 Commentaires

  1. Galing Tchinsouk
    21 janvier 2018 at 14 h 07 min Répondre

    La Loi des finances 2018 a été adoptée par les députés de la République (les élus du Peuple), à l’unanimité le 30 décembre 2017. Elle prévoit très clairement la hausse du prix des carburants, la hausse de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) et d’autres hausses.

    Cette loi a fait l’objet de discussions préalables avant d’être soumise au vote, me semble-t-il.

    Parmi ces votants, figuraient à la fois des représentants de structures politiques dites de l’opposition que celles de la majorité.

    D’où vient-il alors que des syndicalistes, furent-ils représentants de la corporation des travailleurs, récusent la mise en application de dispositions légales ? On est où là ?

    Il faut que la farce de la quête de renommée individuelle cesse. Et vite…

    Il s’agit plutôt là d’une très bonne occasion pour sensibiliser leurs adhérents (aux syndicats) et tout le Peuple sur la nécessité de bien choisir nos représentants tant au niveau syndical qu’au niveau parlementaire… Si les syndicalistes faisaient bien leur travail, la levée de bouclier se serait faite avant le vote à l’Assemblée nationale. Pas à la 25ème heure !

    De même, si nos députés sont mauvais, il faudra les chasser aux prochaines élections et veiller cette fois-ci à élire des personnes conscientes de leurs responsabilités. A l’heure actuelle, on dirait que ces gens votent toujours des lois dont ils ne lisent pas le contenu.

    Dommage, notre pays n’a décidément pas un personnel politique à la hauteur des défis de l’heure !

  2. Santé : Suspension de service minimum dans les hôpitaux – Tchadinfos.com
    7 février 2018 at 17 h 49 min Répondre

    […] En effet, c’est une assemblée générale d’évaluation de la grève générale illimitée entamé le 29 janvier 2018 suite à la réduction des salaires des agents de l’État et à l’augmentation de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP). […]

Laisser un commentaire