Tchad : L’Union européenne octroie 7,6 millions d’euros à l’UNICEF pour répondre aux urgences qui touchent les enfants

Tchad : L’Union européenne octroie 7,6 millions d’euros à l’UNICEF pour répondre aux urgences qui touchent les enfants

L’Union européenne, principal donateur humanitaire du Tchad, renouvelle sa réponse aux besoins immédiats des enfants et des femmes dans le pays. Grâce à son don de 7,6 millions d’euros à l’UNICEF, il contribuera à améliorer la vie de 112 500 personnes, dont 91 000 enfants de moins de cinq ans.

Grâce à ce soutien de la Protection civile et des opérations d’aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO), l’UNICEF renforcera le système de santé tchadien pour mieux répondre à la crise nutritionnelle au Sahel. Notamment, à travers  la mise en place de 77 nouvelles unités nutritionnelles dont 5 hôpitaux et 72 centres de santé.

La subvention permettra également à l’UNICEF d’améliorer l’accès des enfants de moins de 5 ans aux services de nutrition, y compris le traitement de la malnutrition aiguë sévère. Cela se fera par la distribution et la gestion des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, le renforcement des capacités de 250 agents communautaires de santé, le soutien aux mécanismes nationaux de coordination, le déploiement de 150 professionnels de la santé et le renforcement du système de surveillance nutritionnelle.

Le projet prévoit également la mise en place d’un système de surveillance innovant par SMS dans les téléphones afin de garantir une collecte et une analyse plus rapides des données. “Le Tchad est actuellement confronté à de multiples défis humanitaires qui vont des mouvements de population, tels que les réfugiés et les rapatriés de la République centrafricaine, du Soudan et du Nigeria; aux épidémies récurrentes, y compris le choléra; et la crise alimentaire et nutritionnelle sahélienne », explique Philippe Barragne-Bigot, représentant de l’UNICEF au Tchad.

L’enquête SMART Nutrition réalisée en 2017 indique que, la prévalence de la malnutrition aiguë globale s’élève à près de 14% et la malnutrition aiguë modérée à 10%, soit une légère détérioration à partir de 2016. «Le renforcement du système de santé tchadien permettra une meilleure réponse nutritionnelle. Le financement de l’aide humanitaire de l’UE est donc essentiel pour renforcer les capacités nationales et apporter une réponse plus cohérente en coordination étroite avec d’autres secteurs tels que l’eau, l’assainissement et l’hygiène », ajoute M. Barragne-Bigot.

« Compte tenu de la situation humanitaire complexe au Tchad, nous devons adopter une approche intégrale maximisant la réponse aux diverses situations d’urgence. Fournir une assistance vitale aux enfants et aux femmes les plus exposés est une responsabilité partagée. C’est pourquoi l’Union européenne renouvelle son engagement à répondre avec l’UNICEF aux besoins urgents des enfants souffrant de malnutrition et d’épidémies, en particulier le choléra », a déclaré Christos Stylianides, commissaire européen chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises.

Laisser un commentaire