Tchad : les réfugiés du camp d’Ouré Cassoni peuvent désormais acheter les aliments de leurs choix

Tchad : les réfugiés du camp d’Ouré Cassoni peuvent désormais acheter les aliments de leurs choix

Dans la matinée du 10 mai 2017, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a lancé un nouveau système de distribution des vivres aux réfugiées enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 5 ans. Cette activité se passe dans le camp d’Ouré Cassoni dans la région de l’Ennedi Est, à 50 km kilomètres d’Amdjarass et à moins de 10 km de la frontière soudanaise. Ce système consiste a donné aux réfugiées des coupons qui leur permet de payer les aliments de leurs choix. C’est pour lutter contre la malnutrition que le HCR a lancé un programme de distribution de coupons monétaires aux femmes enceintes et allaitantes dans le camp d’Ouré Cassoni où la situation nutritionnelle est qualifiée de critique. Chaque femme enceinte ou allaitante du camp bénéficie d’un coupon mensuel d’une valeur de 10.000 francs CFA qui lui permet de s’approvisionner en produits alimentaires variés auprès de marchands sélectionnés pour l’exercice et qui sont eux-mêmes des réfugiés. Les bénéficiaires avec leurs coupons en main ont le choix entre une variété d’aliments contre lesquels ils pouvaient échanger leurs coupons à savoir : viande, volaille, œuf, sucre, sardine, sel, lait, jus, mil, riz, huile, pomme de terre, oignon, arachide, farine et légumes. En faisant le tour pour opérer leurs ces femmes ont la joie et le sourire, car selon elles, c’est nettement mieux que la distribution de nourriture du PAM. Avec le coupon mensuel je peux offrir un repas varié a ma famille dit une bénéficiaire. Une autre de dire que c’est très bien, car elle a grâce au coupon, un peu d’huile, de la viande, de l’arachide, du riz, du légume et du sucre. Selon les résultats de l’enquête nutritionnelle effectuée en décembre 2016, Ouré Cassoni présente une prévalence de la malnutrition aiguë globale de 18.9% tandis que la malnutrition aiguë sévère s’élève à 3%. Ces taux de malnutrition dépassent largement le seuil d’urgence, selon les normes établies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à savoir inférieur à 5% pour la malnutrition aiguë globale et inférieur à 2% pour la malnutrition aiguë sévère. Toujours selon l’enquête nutritionnelle, le taux d’anémie dans le camp est aussi préoccupant puisqu’il est de 47% alors que l’OMS recommande un seuil inférieur à 20%. Il en est de même pour la malnutrition chronique censée être en dessous des 20%. Mais à Ouré Cassoni, il est à presque 43%. La situation critique d’Ouré Cassonie s’explique par son environnement aride et désertique accentué comparé aux autres camps de la région. Cet environnement austère est caractérisé par une insuffisance des terres agricoles aussi bien pour les réfugiés que pour les autochtones. Seules 1.021 personnes sur 28.364 habitants du camp pratiquent l’agriculture. La distribution mensuelle de coupons aux femmes enceintes et allaitantes se poursuivra jusqu’au mois de novembre 2017. Le HCR espère que toutes ces mesures permettront d’améliorer la situation nutritionnelle à Ouré Cassoni et que grâce à la générosité des bailleurs de fonds l’opération pourra s’étendre a d’autres camps où la situation est aussi jugée précaire.

Laisser un commentaire