Tchad : Les Cartes Nationales d’Identité à nouveau délivrées, mais au double de l’ancien tarif

Tchad : Les Cartes Nationales d’Identité à nouveau délivrées, mais au double de l’ancien tarif

Après quatre mois d’interruption, la délivrance des cartes nationales d’identité tchadienne  a repris le mardi 18 avril 2017 au Commissariat central de N’Djamena. Cette fois-ci, les cartes nationales sont délivrées à 10 000 FCFA au lieu de 4 000 FCFA comme par le passé.

À ce jour, plus de 80.000 personnes ont été déjà enrôlées et attendent leurs cartes. Seulement, selon une source interne au service, les consommables reçus ne suffisent pas pour satisfaire la demande.  En effet, c’est depuis décembre 2016 que l’impression et la délivrance des pièces d’identité ont été interrompues. Le service avait évoqué des raisons techniques et financières pour justifier cet arrêt de production. Les cartes nationales d’identité n’étaient pas imprimées faute de consommables, mais aussi du fait de la panne de l’une des imprimantes du service. Espérant résoudre le problème le plus rapidement possible, le service a continué à enrôler les demandeurs de la pièce d’identité pendant la période de rupture. Ce qui pose d’autres problèmes aujourd’hui.

Les consommables reçus sont utilisés pour satisfaire les urgences notamment, les personnes en situation d’évacuation sanitaire et ceux qui voyagent pour les raisons d’études. Quant aux personnes enregistrées pendant la période de rupture, leur patience est sollicitée. Un délai d’un mois est évoqué par notre source au sein du service pour ces gens, car, dit-elle, une grosse commande de consommable est lancée.

Dans nos démarches auprès du service concerné pour d’amples explications sur l’augmentation du prix, nous avons rencontré une source qui informe que cette augmentation est conforme à la loi 033/PR/ 2016, portant budget général de l’État pour 2017. Cette loi fixe le coût de la carte d’identité nationale à 10.000 francs CFA pour une durée de validité de 10 ans.

Officiellement la carte nationale d’identité est à 10.000 FCFA, mais sur place il faut débourser plus de cette somme pour s’en procurer. Malgré tout, se faire filmer et avoir sa pièce relève quasiment de l’exploit. À cela, il faut ajouter les courtiers qui arnaquent les usagers du service.

 

7 Commentaires

  1. Youssouf
    21 avril 2017 at 19 h 29 min Répondre

    C’est une coutume Tchadienne, donc ne soyons pas surpris.

  2. Khoursi
    21 avril 2017 at 21 h 24 min Répondre

    I es vrmnt catastrophe.
    Notre pays va mal 😷

  3. Dergo
    21 avril 2017 at 22 h 05 min Répondre

    Mais il y’a aussi ceux qui se sont fait enregistrés depuis plus dun an sur l’ancien prix, qui n’a jamais été de 4.000f en province (nous d’autres) et qui attendent jusqu’à là.Vont-ils nous imprimé simplement les cartes sur l’ancien prix?
    Nous demander de payer la differencere?
    Tout recommencer?
    Sinon rester avec récépissé pdt les 10 ans?
    Hum au Tchad il faut toujours attendre les extrémités….
    Wait and sée!

  4. Mahamat Mahamout Zene
    22 avril 2017 at 6 h 18 min Répondre

    tous ses magoulles on trouve qu’en Afrique où la gestion du denier public est geré pas des individus proche du pouvoir( neveu,fils,oncle ou encore beaux freres et parents).On se demande tout simplement si l’Etat appartient au citoyens ou à une bande de mafieux qui font de l’argent sur le dos de l’Etat.??? Etats ou Royaumes,je me pose vraiment cette question repondez-moi.

  5. Ebenezer
    22 avril 2017 at 13 h 02 min Répondre

    Je ne comprends plus rien, il me semble que le service d’établissement des pièces d’identité à été privatisé. Comment ça se fait-il que c’est l’Etat, par un décret, fait augmenter le prix au lieu de le bloquer ou de faire diminuer ?

    Et pour les personnes qui sont en attente d’impression de leurs pièces d’identité pour leurs études ou des démarches administratives pourrait-on pas leur délivrer un récépissé temporaire au lieu de leur bloquer ?

    Une petite question aux spécialistes en Droit de commerce : le prix annoncé lors de la commande c’est ce prix là qui est payé lors de la délivrance de la marchandise non ?

  6. Djedouboum
    23 avril 2017 at 0 h 42 min Répondre

    C’est mauvais venant de la part de l’etat tchadien mais le besoin, donc on est obligé pour s’en procurer.

Laisser un commentaire