Tchad : le Directeur pays d’Oxfam pense qu’il n’y a pas eu les mêmes actes

Tchad : le Directeur pays d’Oxfam pense qu’il n’y a pas eu les mêmes actes

Le scandale sexuel qui éclabousse l’ONG Oxfam aurait eu une épisode tchadienne. L’Organisation humanitaire, qui œuvre contre la pauvreté dans plus de 90 pays est dans la tourmente depuis les révélations du Times du vendredi 9 février 2018.

Les faits remonteraient à 2011 en Haïti, Roland van Hauwermeiren alors directeur l’organisation dans ce pays organisait des fêtes avec de groupe de jeunes prostitués dans des hôtels et maisons payés par Oxfam, notamment sa villa de responsable de mission d’après le Times.  Suite à cela quatre employés ont été licencié et trois autres dont Roland van Hauwermeiren ont démissionné.

La cause de ce scandale est que l’organisation était déjà au courant des pareils agissements antérieurs de celui qui est devenu après sa démission d’Oxfam, directeur d’Action contre la faim au Bangladesh. En effet, toujours selon le Times, en 2004 quand il était en poste au Liberia, une plainte pour abus sexuel a été déposé contre lui. Dans sa série de révélation, le Times a indiqué que les premières alertes au sujet du comportement de Roland van Hauwermeiren dataient de l’époque de son passage au Tchad en 2006.

Contacté par notre équipe le Directeur d’Oxfam au Tchad dément les allégations du Times.  « Je pense que c’est parce que cet homme a été directeur au Tchad avant d’aller à Haïti que le nom du Tchad apparait. Mais il n’y a pas réellement eu des mêmes allégations par rapport au Tchad directement. » déclare Elkana Mooh.

Ce « Oxfamgate » a déjà couté à l’organisation plusieurs ambassadeurs : l’actrice Minnie Driver, le chanteur Baba Maal et Desmond Tutu se sont désolidarisés de l’ONG. La Directrice générale adjointe, Penny Lawrence a démissionné de ses fonctions lundi 12 février. Dans un communiqué, elle dit reconnaitre qu’Oxfam n’a pas « répondu de manière adéquate ». Notons aussi que d’autres accusation d’abus et de viol perpétrés par des employés de l’organisation au Soudan du Sud sont révélé par le Times.

Laisser un commentaire