Tchad : Lancement du projet « D2B » pour desservir N’Djamena en eau potable

Tchad : Lancement du projet « D2B » pour desservir N’Djamena en eau potable

Dans le cadre de l’approvisionnement en eau potable, le gouvernement tchadien avec l’appui de ses partenaires s’activent pour rendre accessible cette précieuse substance à tous.

Le « Projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’adduction d’eau potable de la ville de N’Djamena », baptisé « Develop to build » (D2B) a été lancé officiellement le mercredi 29 novembre 2017, par le ministre de l’eau et de l’assainissement, Sidick Abdelkerim Haggar et les partenaires au projet,  à l’hôtel Mercure le Chari.

Le projet qui vise à desservir toute la ville de N’Djamena et ses environs en eau potable est financé par le Programme de développement hollandais, l’Union européenne (UE) et l’Agence française de développement (AFD), respectivement à hauteur de 50%, 25% et 25%. Selon le  représentant de la délégation hollandaise, Laurent Meunier, il s’agit un projet de grande importance qui répond au besoin urgent de la population de la ville de N’Djamena.

Selon le ministre de l’eau et de l’assainissement, Sidick Abdelkerim Haggar,  le projet D2B témoigne de la volonté du gouvernement de régler en un temps record l’épineuse question de desservir en eau potable la ville de N’Djaména. Pour lui le manque d’eau potable est la « source de la résurgence des maladies hydriques telles que le choléra, la typhoïde, les diarrhées aigue provenant des quartiers périphériques vers le centre et qui pose un réel problème récurrent de santé en milieu urbain ».

Sidick Abdelkerim Haggar précise également qu’en réponse à ce problème récurrent de santé publique, le projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’adduction d’eau potable de la ville de N’Djamena vise à : à accroitre le taux de couverture pour atteindre un minimum de 80% à l’horizon 2030 ; améliorer le rendement et la densification du réseau dans les zones déjà desservies ; renforcer la capacité de production et de stockage ; renforcer les capacités managériales et techniques de la STE ; et enfin étendre le réseau dans les zonrs non desservies.

Le directeur de l’AFD François Tirot a salué cette initiative qui, selon lui est le fruit d’une réunion préparatoire à la table ronde de Paris présidée par le premier ministre. Il promet le soutien de son institution pour l’accompagner de ce projet qui est d’une grande envergure.

 

Laisser un commentaire