Tchad : Pas de réduction de salaire sans concertation, selon Abdoulaye Sabre Fadoul

Tchad : Pas de réduction de salaire sans concertation, selon Abdoulaye Sabre Fadoul

Dans une communication faite cet après-midi à son bureau, le ministre des finances et du budget, dévoile que la masse salariale pour l’année 2017 était plus de 376 milliards de francs CFA, ce qui équivaut à 100% des recettes cumulées des douanes et des impôts.

Pour lui, les 16 mesures ont permis à l’État d’économiser 2 milliards et demi sur les 40% des agents de l’État qui ont contribué à cet effort collectif.

Abdoulaye Sabre Fadoul indique que selon les recommandations des partenaires particulièrement le FMI, le plafond autorisé pour les dépenses salariales était de 348 milliards de francs CFA en 2017. Ce qui veut dire que le plafond a été dépassé.

Le ministre de renchérir que pour l’année 2018, le plafond convenu avec les partenaires est de 380 milliards. Pour lui, cette année risque d’être terminée avec un surplus de 30 milliards, ce qui ramènerait les dépenses salariales à 410 milliards de francs CFA. C’est pourquoi selon Abdoulaye Sabre Fadoul, le gouvernement est obligé d’explorer d’autres pistes de solutions pour essayer de faire un maximum d’économie.

«La logique que nous avions voulu partager avec les syndicats, c’est que dans un esprit d’équité, de justice sociale, est de faire participer également les 60% des agents de l’État qui n’ont pas contribué à l’effort collectif tout au long de l’année 2016  et de l’année 2017» a déclaré l’argentier tchadien.

Le ministre Sabre explique que c’est dans cet esprit qu’un scénario a été soumis aux syndicats, sur la base duquel, les deux parties devront avoir des discussions pour pouvoir arriver à cet objectif de contenir la masse salariale en deçà du plafond de 354 milliards de francs CFA.

Le ministre des finances souligne par ailleurs que si cet effort n’est pas fait, le Tchad risque de perdre ses partenaires car cette situation que traverse le Tchad doit préoccuper tout le monde.

Pour rassurer les partenaires sociaux et les agents de l’État, Abdoulaye Sabre Fadoul dit que la nouvelle méthode qui sera appliquée après négociation avec les syndicats, n’aggravera pas la situation des agents de l’État qui ont contribué et continuent de contribuer avec le décret 687( décret instituant les coupes des primes et indemnités des agents de l’État à 50%. Ndlr).

Pour finir, le ministre des finances et du budget a déclaré que le gouvernement prendra le temps nécessaire à la concertation pour arriver à une méthode équitable, juste et aussi parvenir à maîtriser la masse salariale, de telle sorte que le programme avec le FMI soit sauvegardé et les appuis attendus puissent arriver au trésor public.

2 Commentaires

  1. francis teyabe
    5 janvier 2018 at 12 h 11 min Répondre

    c’est une des manoeuvres politicienne pour dissuader les syndicats qui etaient sur pied de guerre.les tchadiens sont à bout face à cette charcuterie dans laquelle ils sont embarqués par le gouvernement.reste à savoir si le dialogue l’emportera réellement sur l’imposition dont l’Etat a toujours fait montre.

  2. Allatonon Igor
    6 janvier 2018 at 12 h 38 min Répondre

    Cela n’a aucun sens! Même si la reduction est de 65% cela ne resoudra pas le problème d’economie. Parce que les principaux problèmes sont ceux qui sont à la tête. Ce pitoyable

Laisser un commentaire