Tchad : des juges en formation pour mieux comprendre le conseil supérieur de la magistrature

Tchad : des juges en formation pour mieux comprendre le conseil supérieur de la magistrature

Le ministre de la Justice et de droit de l’homme, Ahmat Mahamat Hassan a ouvert ce matin l’atelier de renforcement des capacités des magistrats du Tchad. Un atelier d’échange sur le conseil supérieur de la magistrature à travers le projet d’appui à la justice PRAJUST II. Selon le ministre de la Justice, cet atelier permettra aux magistrats de découvrir le conseil supérieur de la magistrature, d’identifier les facteurs qui font obstacle au bon fonctionnement du conseil, et de connaitre les attentes des magistrats sur la composition, le rôle et la mission dudit conseil. En effet, le ministre dans son allocution reconnait que le conseil est confronté à quelques difficultés de fonctionnement, son rôle et sa mission ne sont pas bien perçus par beaucoup de magistrats, insatisfaits du mode de fonctionnement du conseil supérieur. Persuadé que l’attente des Tchadiens à voir une justice indépendante ce qui est facteur de la démocratie et un État de droit, le Pr Ahmat Mahamat Hassan relève que l’indépendance de la justice est une exigence première pour les justiciables qui doivent avoir la certitude que les magistrats ne se déterminent qu’en fonction de la loi et de l’intérêt général. Il est à rappeler que le conseil supérieur de magistrature est institué par la constitution le 30 mars 1996, a pour mission d’assister le Président de la République dans son rôle de garant de l’indépendance de la magistrature. Il est constitué de 9 membres titulaires et 9 membres suppléants présidés par le Président de la République.

Laisser un commentaire