Tchad : accord entre le gouvernement et les enseignants du supérieur

Tchad : accord entre le gouvernement et les enseignants du supérieur

Un accord a été signé cet après-midi du 12 mars 2018 entre le gouvernement représenté par les ministres de l’Enseignement supérieur, Dr Beyom Adrien Malo, celui de la fonction publique, Mahamat Moctar Ali et le syndicat national des enseignants chercheurs du supérieur (SYNECS) au rectorat de N’Djamena.

Cet accord va permettre la reprise des cours dans les universités et les instituts publics. Nous vous proposons ci-dessous la substance dudit accord.

« Le gouvernement s’engage à travers cet accord de payer sans délai le salaire du mois de février à l’ensemble des enseignants et chercheurs du supérieur ; assurer la régularité des salaires et substituer à l’application intégrale du décret 687, l’application de la retenue proportionnelle de 0 a 35% jusqu’à la refonte et à l’harmonisation du régime indemnitaire des agents de l’État ; aligner les indemnités et primes des enseignants et chercheurs du supérieur sur leur salaire ; apurer les arriérés de salaire des contractuels du supérieur, les honoraires de vacation, les primes, indemnités, heures supplémentaires, frais des jurys et la dernière tranche de la bourse CONFOFOR au plus tard le 30 avril 2018 ; parachever dans les meilleurs délais le processus d’attribution des terrains d’habitations aux enseignants et chercheurs du supérieur n’ayant pas encore bénéficié, en application du protocole d’accord du 06 septembre 2015.

Le syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS) s’engage pour sa part à reprendre immédiatement toutes les activités académiques et de recherche sur toute l’étendue du territoire et d’observer une trêve sociale pendant la période transitoire, s’impliquer pleinement dans toutes les actions de la feuille de toute adoptée par le gouvernement en vue de la maitrise de la masse salariale et de la sortie de crise. »

4 Commentaires

  1. Ange
    12 mars 2018 at 19 h 48 min Répondre

    Le SYNECS par cet acte a trahi la plateforme. La cause de la grève était l’abattement de salaire mais je suis imbécilement étonné qu’on fasse miroiter aux enseignants du supérieurs que je croyais tête pensante, leurs acquis tels les primes de jurys, de vacation, la bourse, que sais-je encore, pour qu’ils puissent oublier la raison principale de leur grève. Je suis vraiment désolé pour ses pseudo-chercheurs. Je comprends pourquoi le gouvernement avait juste payé le salaire de ces agents de renseignements (SYNECS).
    Consernant la bourse, il faudrait que le gouverment demande une justification de l’utilisation de la tranche versée car la majorité n’a rien fait sauf construire des chambres. Ce que le SYNECS oublie, ce gouvernement peut sursoir aux abattements de salaires des autres syndicats et il va amèrement regretté.
    Aux autres syndicats à l’exemple du SET, vous n’avez ni de primes de recherches, ni de bourses d’études, ni non plus de terrain,… Votre seul et unique acquis est votre salaire donc tenez bon.

  2. Guelnodji Arsène
    12 mars 2018 at 20 h 05 min Répondre

    la dernière phrase comporte une erreur de frappe. “feuille de route, au lieu de feuille de toute”

  3. Tchad : “Je déclare cet accord caduc, pour le SYNECS, il est de nul effet” Guirayo Jeremie – Tchadinfos.com
    13 mars 2018 at 14 h 36 min Répondre

    […] Tchad : accord entre le gouvernement et les enseignants du supérieur […]

  4. Tchad : “Je déclare cet accord caduc, pour le SYNECS, il est de nul effet” Guirayo Jeremie — INSIDER
    14 mars 2018 at 6 h 35 min Répondre

    […] celui de la fonction publique, Mahamat Moctar Ali et un représentant du SYNECS  qui ont signé cet accord dans l’après-midi du 12 mars […]

Laisser un commentaire