Tchad : 1ère visite officielle du Groupe d’expertes des Nations Unis sur la question du genre

Tchad : 1ère visite officielle du Groupe d’expertes des Nations Unis sur la question du genre

Des expertes onusiennes sur la question du genre rencontreront lors de leur séjour de neuf jours au Tchad, les autorités locales et nationales afin de recueillir des informations liées à la discrimination contre les femmes dans divers contextes.

Du 4 au 14 décembre 2017, le Groupe de travail de l’ONU sur la question de la discrimination à l’égard des femmes dans la législation et dans la pratique sera en visite officielle au Tchad. Ce Groupe est composé de cinq expertes indépendantes à savoir : Meskerem Geset Techane, Melissa Upreti, Ivana Radacic, Elizabeth Broderick et Mme Alda Facio qui en est la présidente.

Les expertes des Nations Unies porteront un intérêt particulier aux aspects de la loi tchadienne et des pratiques qui affectent la participation des femmes dans la famille et la vie culturelle, la vie politique et publique. Un autre aspect qui sera développé au cours de leur visite est l’accès à l’éducation, à la santé, à la justice et aux services sociaux. Elles mettront en évidence les bonnes pratiques en vue d’éliminer la discrimination contre les femmes dans ces domaines.

« Le groupe de travail s’intéresse particulièrement aux reformes législatives et politiques qui ont été mise en œuvre par le gouvernement du Tchad pour promouvoir les droits des femmes et l’égalité de genre », déclare Mme Alda Facio.

Au cours de leur visite, les expertes se rendront à N’Djamena et à Moundou afin de rencontrer les autorités nationales et locales, des opérateurs de justice, des représentants des organisations de la société civile et de l’ONU, des experts et des universitaires.

Cette tournée s’achèvera par la présentation des conclusions préliminaires de la visite lors d’une conférence de presse le 14 décembre au siège de l’UNICEF à N’Djamena. Le groupe de travail présentera un rapport contenant ses conclusions et recommandations au Conseil des droits de l’Hommes de l’ONU en Juin 2018.

Laisser un commentaire