Le Tchad va en guerre contre les faux diplômes au sein de la fonction publique

Le Tchad va en guerre contre les faux diplômes au sein de la fonction publique

Le premier ministre Pahimi Padacket Albert a installé ce vendredi 20 octobre à la Primature les membres du comité de pilotage d’audit des diplômes du personnel civil de l’Etat.

À cette occasion, le premier ministre a déclaré qu’en lançant cette opération, il s’agit pour le chef de l’Etat et le gouvernement de donner un signal fort et de poser un acte majeur pour apporter une réponse à l’épineuse question de la masse salariale.

Selon lui, cette opération menée dans la transparence et l’équité permettra de dégager des économies substantielles susceptibles de financier la création d’emplois. Le premier ministre a relevé que pour parvenir aux résultats escomptés, il faut éviter les échecs précédents, de développer une synergie entre les ministères et les institutions publiques.

Par la suite, il a demandé aux différents chefs des départements ministériels et les responsables des institutions de coopérer pleinement avec les agents chargés de cette opération afin d’atteindre les objectif fixés.

L’objectif visé par cet audit est d’identifier et répertorier les faux diplômes dans les ministères et institutions, les faux titres et avancements puis assainir et réactualiser les fiches de la solde.

Pour la supervision de cette opération un comité de pilotage présidé par le chef du gouvernement et   un comité technique d’appui au cabinet présidé par l’inspecteur général des services du ministère en charge de la fonction publique sont mise en place.

La mission de la commission de pilotage est de superviser et d’appuyer le déroulement de l’opération, de donner les grandes orientations au comité technique, de veiller à leur mise en œuvre, d’examiner et valider les conclusions et recommandations du rapport d’audit et de mettre en œuvre les recommandations de l’audit.

2 Commentaires

  1. Nadjilem
    25 octobre 2017 at 9 h 40 min Répondre

    Hum on nous fera voir de toutes les couleurs dans ce pays. Que les gens qui ont amasser des milliards immobiliser retournent ces fonds . Que les entreprises publique comme le coton Tchad la SNE la STE sotel la poste …… soient d’abord bien gérées si non qui vous donnera du crédit. N’importe quoi j’ai envie d’être Sud soudanais plutôt que dans ce merde

  2. Guemona Djimet
    29 octobre 2017 at 14 h 29 min Répondre

    Je suis d’accord avec les prétendants commentaire que c’est le système qu’il faut changer, mais en attendant, il faute aussi mettre terme à ceux qui gagnent un salaire avec un faut diplôme car d’une manière ou d’une autre, ces derniers sont en partie responsable de l’augmentation de taux de chômage par ce qu’ils occupent une place que normalement les vrai diplômés devraient y être. Il est indéniable que c’est une énième mesure parmi tant d’autres qui ont connue une échec, mais à cœur voyant, rien n’est impossible.

Laisser un commentaire