“Le Président turc ne peut donner des instructions pour fermer une école au Tchad” Ali Abderamane Haggar

La menace de fermeture ou d’une reprise de l’école “Tchado-Turc” par une ONG du gouvernement turc est toujours d’actualité. Hier l’agence de presse turque Andalou a annoncé que le gouvernement tchadien par l’entremise de son ministre de l’éducation et des responsables turcs ont signés un accord qui va autoriser la reprise des écoles turques du mouvement Hezmet par l’ONG turc Maarif pour le compte du gouvernement turc.

“Le gouvernement tchadien a décidé de remettre la direction de toutes les écoles relevant de l’organisation terroriste Fethullah Gulen (FETO) du pays, à la fondation turque Maârif. Hasan Yavuz, le vice-président de la Fondation Maârif, relevant du ministère turc de l’Éducation, a affirmé, vendredi, que les pourparlers menés avec le gouvernement tchadien ont abouti à la signature d’un accord stipulant que la direction de toutes les écoles de FETO sera remise à Maârif.”

Interroger sur la question par la rédaction, le Dr Ali Abderamane Haggar a tenu a rappeler la souveraineté de l’État tchadien. Pour lui il est inacceptable qu’une école privée telle que le “complexe scolaire Bahar” anciennement “complexe scolaire tchado-turc”, puisse être reprise par le gouvernement.

4 Commentaires

  1. Allaïnguébaye YANYANAN
    19 novembre 2016 at 13 h 43 min Répondre

    Ce qui voudrait dire que l’école qui était implantée à N’Djamena depuis quelques années et qui, a formé beaucoup des jeunes tchadiens a une connivence avec les terroristes ? pourquoi le gouvernement tchadien a accepté cela ou ne le saurait-il pas? pourquoi c’est maintenant que le gouvernement turc voit le caractère terroriste de ces nombreuses écoles partout dans d’autres pays étrangers alors que, ces écoles envoyaient leurs élèves à la compétition en Turquie du moins, pour celle qui pose actuellement problème ? aidez-nous à bien comprendre l’enjeu de cette situation tchadinfo.com. Merci beaucoup !

  2. Dr.Mousa Mahamat
    19 novembre 2016 at 23 h 28 min Répondre

    Erdogan active la fondation Maarif pour saisir les écoles turques : L’Ong CSACEFA exhorte les dirigeants africains à résister au complot
    Après avoir échoué dans sa tentative de pousser les gouvernements à travers le monde à fermer les écoles dirigées par les sympathisants du mouvement Hizmet, le Président RecepTayyip Erdogan de la Turquie a établi une fondation dénommée ‘’Maarif’’ pour atteindre son objectif.
    présidente de l’Ong CSACEFA, créée en 2000 par 40 ONG d’éducation en Afrique à l’approche du Sommet mondial de l’éducation à Dakar, la capitale du Sénégal et qui compte maintenant plus de 600 OSC en tant que membres, a exhorté les gouvernements africains à résister à tout complot du gouvernement turc de mettre en évidence sa souveraineté et sa respectabilité en acceptant l’ordre déguisé de remettre ces écoles turques à la Fondation Maarif. En effet Mme Osuji a déclaré, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, que les écoles affiliées au mouvement Hizmet, autrement connu comme les écoles turques, contribuent au développement de l’éducation au Nigeria et dans d’autres pays africains.
    A signaler ajoute-t-elle, que ‘la Fondation ‘’Maarif’’, ne pouvait pas obtenir le soutien financier des hommes d’affaires locaux turcs, a obligé le gouvernement turc à se tourner vers les pays du Golfe pour le financement. Il faut rappeler que le gouvernement turc a fait des efforts vigoureux pour que d’autres pays ferment les écoles affiliées au Mouvement Hizmet sur les allégations non étayées que les sympathisants du mouvement ont orchestré la tentative du coup d’état échoué le 15 juillet dernier.
    Le 14 septembre, le ministre de l’Education en Turquie, Ismet Yilmaz, a annoncé que la Fondation Maarif prévoyait de prendre en charge plus de 65 écoles liées au mouvement Hizmet dans 15 pays sans citer de nom. Des sources gouvernementales unanimes ont indiqué que cette démarche vise à prendre le contrôle des écoles mouvement et par la suite à les fermer. Mme Chioma Osuji, la directrice de la Coalition d’action de la société civile pour l’éducation pour tous (CSACEFA), l’organisme qui regroupe plus de 600 organisations de l’éducation et de la société civile, a déclaré que cette initiative échouerait en Afrique. Elle a dit: «Comment cela est-il possible? Une ONG prenant en charge des investissements privés avec l’aide du gouvernement? Ce n’est pas possible. Ils ne peuvent pas juste se réveiller un jour et prendre en charge les écoles. Ce serait terrible. «C’est l’Afrique. Nous ne permettrons à aucun pays étranger de nous traiter comme un continent bananier. Je ne vois vraiment aucun pays d’Afrique qui accepterait ça. Certainement pas le Nigéria. On y rencontrerait une vive opposition.
    Pour rappel, les autorités turques ont lancé une répression massive contre le Mouvement Hizmet après le coup d’Etat échoué le 15 juillet, arrêtant 20.000 fonctionnaires et licenciant près de 150.000 fonctionnaires au sujet de liens présumés avec le mouvement. Le gouvernement turc a également confisqué les propriétés de centaines d’entreprises et a arrêté des hommes d’affaires de premier plan sur des liens suspects avec le mouvement. Malgré les efforts considérables déployés par le gouvernement, seuls quelques pays ont cédé à la pression d’Ankara sur la fermeture des écoles liées au mouvement Hizmet, la majorité d’entre eux refusant de répondre aux demandes du gouvernement turc.

  3. Bijou
    20 décembre 2016 at 1 h 19 min Répondre

    Nous disons NON au Senegal pour la reprise des ecoles Yavuz Selim par Maarif. Tous ensemble pour sy opposer

Laisser un commentaire