Hydrocarbures : le Tchad se dotera d’un tout premier dépôt pétrolier

Hydrocarbures : le Tchad se dotera d’un tout premier dépôt pétrolier

Le tout premier dépôt pétrolier du Tchad dont la pose de la première pierre a été effectuée par le chef de l’Etat, Idriss Déby Itno, ce 04 avril 2018, à Djarmaya tient sur une superficie de 40 hectares. Il aura une capacité de 40 millions de litres dont 4 000 mètres cube d’eau pour la lutte anti-incendie.

Le coût de construction du dépôt pétrolier est de près de 13 milliards de francs CFA. Il sera financé par la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT), ses partenaires dans la société des dépôts et le pool bancaire composé par la Commercial Bank-Cameroun et la Commercial Bank-Tchad, pour une durée des travaux estimée à 18 mois.

« L’avènement de ce dépôt pétrolier entérine la création de la Société tchadienne des dépôts pétroliers (STDP) », a informé le directeur général de la SHT, Tahir Hamid Nguilin. Cette société se chargera de poursuivre l’œuvre de construction, élargira les capacités et construira des dépôts régionaux partout sur le territoire national.

Selon le directeur général de la SHT, les études d’impacts environnementaux ont été menées et transmises aux autorités compétentes. Aussi, pour ce qui est de l’étude socio-économique, elle a abouti au dédommagement des populations dont les terrains ont été impactés par l’emprise du projet. « Sur le front de l’emploi, la construction de ce dépôt pétrolier entraînera la création de 250 à 300 emplois durant sa phase de construction », annonce M. Tahir Hamid Nguilin. Pour lui, le dépôt emploiera en permanence plusieurs dizaines de jeunes Tchadiens d’abord au site de Dougui Allaya puis progressivement dans toutes les régions du Tchad.

Pour rappel, il y a neuf ans, le chef de l’Etat Idriss Deby Itno a posé la première prière de construction de la Société de raffinage de N’Djamena à Djarmaya. Cela a fait du Tchad l’un des rares pays africains à disposer d’une chaîne quasi-complète en matière d’industrie pétrolière allant des gisement à l’aval pétrolier, partant de la recherche sismique aux stations-service en passant par la formation, l’exploitation, le développement, le transport et le raffinage du pétrole brut ainsi que la purification du gaz.

Un commentaire

  1. abdelmalik
    4 avril 2018 at 20 h 21 min Répondre

    c’est une bonne chose en fait disons

Laisser un commentaire