Grève-Tchad : le gouvernement menace de serrer les vis

Grève-Tchad : le gouvernement menace de serrer les vis

Le ministre de la Fonction publique, du Travail et du Dialogue social, M. Mahamat Mouctar Ali, a animé un point de presse ce vendredi 2 février 2018 en son cabinet. Le ministre a invité les travailleurs du secteur public qui observent une grève générale et illimitée à reprendre le chemin du travail. Sinon, prévient-il, le décret 687 sera appliqué dans son intégralité, ainsi que la loi 32 aux agents publics absents de leurs postes de travail.

Toutefois, le ministre, indique que les partenaires sociaux et le Gouvernement doivent davantage rechercher ensemble les voies et moyens de s’accorder sur une alternative réelle en échangeant sur chacune des propositions. À partir d’une vision commune, celle de réussir à positionner en mieux l’équilibre financier de l’État. « Le Gouvernement compte sur le dialogue, encore le dialogue et toujours le dialogue, dont vous, travailleurs aviez su faire montre pour parachever la mission d’études et de réflexions en vue de dégager les conditions optimales pour une paix sociale inclusive et durable » insiste Mahamat Mouctar Ali.

Par ailleurs, il exhorte les partenaires sociaux à continuer à privilégier la négociation. En effet, il rappelle que les négociations avec les acteurs socioéconomiques. Notamment dans le cadre du comité tripartite, continuent en associant les partenaires sociaux à l’élaboration des politiques publiques dont les résultats commencent à se matérialiser, pour exemple la régularité des salaires. « Le Gouvernement en accord avec les partenaires sociaux, vient de lancer l’audit des diplômes et l’assainissement de fichiers de la solde devant dégager les faux agents et partant protéger ainsi les acquis de ceux qui travaillent réellement » explique M. Mahamat Mouctar Ali.

En outre, il souligne que le Gouvernement n’a pas d’autres choix que de se résoudre à la réduction de toutes les indemnités, sans toucher au salaire indiciaire, mais en vue de tenir l’engagement de payer à terme échu le salaire de l’État.

Laisser un commentaire