Précarité de passage dans certains quartiers de N’Djamena

Précarité de passage dans certains quartiers de N’Djamena

Pendant cette saison pluvieuse, les habitants du 7e arrondissement éprouvent des difficultés pour se rendre à leurs lieux de travail. Les quartiers Habena, Atrone, Ambata, Boutalbagar, Gassi etc. n’ont pas de routes praticables en cette période.

En cette saison de fortes pluies, la majorité des rues sont impraticables dans certains quartiers du 7e arrondissement. Les caniveaux débordent et les maisons sont inondées. Sur chaque ruelle, on observe de près ou de loin des eaux stagnée barrant complément les voies. Tant bien que les habitants de ces quartiers s’organisent en groupe pour arranger les routes, certaines zones restent toujours inaccessibles.

Malgré les mesures prises pour éviter cette situation se répète, la population vit les mêmes effets comme dans les années précédentes. Chaque matin, ceux qui partent en ville sont contraints de traverser les eaux de pluie stagnantes avant d’avoir accès à la terre ferme. Pour eux, il est évident qu’ils sont abandonnés à leurs sorts par les autorités.

Pour pallier à cette situation les populations s’organisent et se substituent le plus souvent à la mairie. Cela à travers le remblayage des rues et l’évacuation des caniveaux. Outre l’état des lieux des quartiers de la capitale, l’on note également l’accroissement des maladies périodiques telles que le paludisme et le choléra. Ce qui interpelle toute la population à être vigilante et assainir son environnement pour sa santé.

Laisser un commentaire