« On ne doit pas se lever un bon matin pour nous chasser » dixit Hisseine Ali, président de la coopérative de fruits, légumes et tubercules

« On ne doit pas se lever un bon matin pour nous chasser » dixit Hisseine Ali, président de la coopérative de fruits, légumes et tubercules

Les vendeurs de fruits du marché de Dembé refusent de quitter leur emplacement. C’est lors d’un point de presse le 28 mars 2018 que leur président a annoncé cela.

C’est dans les colonnes du quotidien le Progrès qu’on peut lire le compte rendu de ce point de presse. Hisseine Ali, président de la coopérative de fruits a exprimé le refus des siens de se plier à la décision de la mairie de la commune de N’Djaména. En effet, il trouve injuste que la mairie les déguerpisse pour construire des boutiques qu’elle louera à d’autre commerçants alors que la coopérative a investi des millions pour assainir cet emplacement.

Le président déclare aussi que les anciens maires de la commune de N’Djaména « n’ont jamais envisagé une telle décision ». Ce que dément un employé de la mairie qui affirme que ce projet était déjà envisagé par le maire Mbailemdana Marie Thérèse. Car à cette époque déjà les riverains du marché se sont plaint auprès de la mairie de N’Djaména.

S’agissant de la concertation avant la prise de cette décision, M. Djedodde Bekoutou Isidore, Chef de service communication de la mairie déclare « Il y a eu des rencontres au préalable, quand les gens disent qu’il y a rien eu là c’est des mensonges. Nous avons des procès-verbaux de ces rencontres signées par le maire du 6ème arrondissement et même le président de la coopérative de fruits. La mairie n’a pas décidé seule, non, il y a eu des réunions ». Il déplore ainsi que le président de la coopérative tienne des propos contraires.

Le Chef de service communication  a également affirmé qu’un communiqué a été diffusée sur les ondes des radios avant l’opération de déguerpissement du 26 mars 2018. « Un communiqué demandant aux vendeurs de fruits, normalement ils devraient quitter au même moment que les vendeurs de poissons là » renchérit-il. Djedodde Bekoutou Isidore, ajoute que la mairie à allouer l’espace vide derrière le marché de poisson de Chagoua pour que les commerçants déguerpis s’y installent.

2 Commentaires

  1. Djasrabaye
    6 avril 2018 at 17 h 18 min Répondre

    Il faut accepter ces mesures de la mairie pour avoir une ville propre.les choses évoluent et les projets l État les fait sur plusieurs années. Il faut sensibiliser et expliquer que c est dans l intérêt. De nos enfants.Quand on boude tjrs toutes les décisions de l État on risque de l affaiblir et ce sera le désordre personne ne peut alors bien travailler.
    Au Rwanda l État a décidé de fermer toutes les mosquées et églises qui n ont pas de parking et qui ne sont pas propres tout le monde s est cotisé pour construire et maintenant tout est très jolie!des pavé ,le drainage tout .tout le monde a obéit cette semaine les lieux de prière sont très agréables a Kigali!suivons le bon exemple!

  2. carevents
    9 avril 2018 at 20 h 30 min Répondre

    traditionnellement plus de céréales telles que le maïs, le mil, le riz ou encore des tubercules (manioc,

Laisser un commentaire