Clinifutur remporte un marché d’accompagnement de gestion d’un futur hôpital moderne au Tchad

Par Autre Presse
Le 7 juin 2013 à 15:34

Catégorie : Santé, Sociétés
Mots-clés : ,

Réponses : 0 commentaire

Clinifutur, groupe de Santé Hospitalisation privée à la Réunion, s’implante au Tchad. Il reçoit actuellement la visite de deux représentants de l’Etat Tchadien et d’un responsable du futur hôpital moderne, actuellement en construction et dont la livraison est prévue pour septembre 2013, à NDjamena, la capitale.

Le PDG de Clinifutur, Michel Deleflie explique : ”Nous avons remporté le marché face à de nombreuses sociétés étrangères, notamment du fait de la maîtrise du français”. Le Tchad est un pays qui attire de plus en plus d’investisseurs étrangers, surtout depuis que celui-ci procède à l’exportation de pétrole, depuis maintenant 10 ans. Des émissaires Tchadiens sont donc en ce moment à la Réunion “pour les éclaircir sur ce qui ce fait” en matière de soins. Les trois Tchadiens visitent donc les différentes cliniques du groupe, dont, aujourd’hui, celle de Sainte-Clotilde.

Le financement du bâtiment hospitalier est intégralement pris en charge par l’Etat Tchadien. “Nous, on intervient sur la gestion de service. On apporte notre savoir-faire“, souligne Miche Deleflie. Clinifutur prend donc en charge “le recrutement de chirurgiens qui vont accompagner les médecins Tchadiens et nous assurons la formation“. Une formation qui se déroule, soit en métropole, soit à la Réunion et qui concernera notamment les étudiants de la faculté de médecine de NDjamena.

Un partenariat d’une durée de cinq ans

La future clinique de NDjamena sera un établissement chirurgical et généraliste, une sorte de “CHU miniature”. L’accord entre l’Etat Tchadien et la société réunionnaise porte sur un accompagnement de gestion d’une durée de cinq ans, budgétisé à 6 millions d’euros, également pris en charge par l’Etat tchadien, présidé depuis 24 ans par Idriss Déba.

Un grand hôpital moderne va s’ouvrir“, se réjouit le secrétaire général du ministère de la Santé publique du gouvernement tchadien, Mahamat Annour Waddak. Il comportera au départ 190 lits, et à terme, 240 lits. Le Tchad, un pays qui compte 12 millions d’habitants et seulement 600 médecins, attend beaucoup de l’expertise de Clinifutur, “notamment en matière de gestion et d’organisation”, ajoute-t-il.

La capitale comportant déjà trois autres hôpitaux, “il conviendra de définir les offres de soin par rapport aux pathologies existantes“, souligne Mahamatali Charfadine, qui supervise le projet de l’Hopital Moderne de NDjamena. La construction de cet établissement permettra notamment, espèrent les émissaires Tchadiens, de réduire le budget d’évacuation sanitaire, qui coûte chaque année plus d’un million d’euros à l’Etat Tchadien. Et pourquoi pas devenir “un pôle d’excellence” pour le pays mais également la région.

Côté soins, Mahamat Annour Waddak explique que ”tout ne sera pas gratuit” mais assure que l’Etat Tchadien “a une politique sociale“. Les soins d’urgence, les accouchements, les soins pour les enfants de 0 à 5 ans, et la prise en charge des femmes enceintes est gratuite. Au bout de cinq ans, à l’issue de ce partenariat, un point d’étape sera effectué  entre Clinifutur et l’Etat Tchaden pour savoir s’il se poursuit ou non. L’objectif étant, qu’à l’issue de ce “transfert de compétences”, le Tchad gère lui même de A à Z le futur hôpital moderne.

 Source: zinfos974.com

Ajouter votre commentaire

XHTML : Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>