Tchad : une enquête judiciaire ouverte à N’Djaména sur les biens immobiliers des Tchadiens au Canada

Tchad : une enquête judiciaire ouverte à N’Djaména sur les biens immobiliers des Tchadiens au Canada

Après des révélations par le bureau d’investigation canadien relative à l’implication de certaines personnalités tchadiennes dans la possession des biens immobiliers au Canada, le ministre tchadien de la Justice, professeur Ahmat Mahamat Hassane, annonce l’ouverture d’une enquête judiciaire au niveau de N’Djaména pour déterminer les responsabilités sur cette affaire et faire entrer le Tchad dans ses droits si réellement il y a eu détournements.

Le ministre de la Justice et des droits de l’Homme, professeur Ahmat Mahamat Hassane, déclare que des informations leur sont parvenues d’un bureau d’investigation du Canada que des individus de nationalité tchadienne auraient acquis selon les insinuations du bureau sur des biens publics tchadiens. Il s’agit selon le ministre des grands investissements de l’ordre de plus de 8,5 millions de dollars qui seraient investis au Canada.

Le ministre rappelle que ces personnes mises en cause par le rapport du bureau d’investigation canadien sont de nationalité tchadienne et qu’au cours de leur carrière, ces personnes avaient occupé dans la chaine des finances publiques de hautes responsabilités ayant été en contact avec le maniement des biens publics.

«Là également, comme il s’agit des accusations extrêmement graves mettant en cause les biens publics, est de notre devoir d’ouvrir une enquête judiciaire si les faits, matériellement, sont prouvés avec les individus de faire rentrer l’État du Tchad dans ses droits en ce qui concerne des événements ou des faits imputables dans le rapport qui circule concernant les détournements des biens publics», déclare le Garde des Sceaux ministre de la Justice.

Mais, selon le ministre, pour le moment aucun élément ne peut filtrer dès l’instant où l’action publique est déclenchée  rassurant par ailleurs qu’en sa qualité de ministre de la Justice, il a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire ici à N’Djaména. Le juge d’instruction étant saisi, les informations et les commissions rogatoires seront lancées et des demandes d’extradition ou tout autre document juridique et judiciaire en coopération avec le Canada et avec l’Interpol.

Laisser un commentaire