Tchad : Les étudiants de l’Université de N’Djamena boudent la rentrée académique

Tchad : Les étudiants de l’Université de N’Djamena boudent la rentrée académique

Ce lundi, 16 octobre 2017 débute dans les universités du Tchad, la rentrée académique 2017-2018. À l’Université de N’Djamena, les étudiants ne sont pas prêts à reprendre une nouvelle année.

Ce matin, ils ont boudé la reprise des cours à travers une petite manifestation devant les facultés d’Ardep-Djoumal. La police a intervenu et, ils ont été dispersés.

Le président de l’Union nationale des étudiants tchadiens (UNET), Nguelem Richard a informé que, pour que la rentrée académique 2017-2018 soit effective dans toutes les institutions d’enseignement supérieur du Tchad, il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités. Notamment, en améliorant les structures d’accueil, le transport, la restauration et en payant les arriérés de bourse conformément a la promesse faite par le Premier ministre.

En ce qui concerne les inscriptions des étudiants qui devraient être payantes, le bureau national de l’UNET demande au gouvernement de revoir sa décision afin d’éviter toutes perturbations dans le milieu universitaire.

6 Commentaires

  1. Christ De La Croix
    16 octobre 2017 at 17 h 31 min Répondre

    Ce régime échoue toujours dans sa politique!Ont-elles étudié dans les mêmes conditions à leur temps,ces personnalités qui prennent des bêtes décisions?c’est malheureux mais qu’elles n’oublient pas que le passé les rattrapera à cause des fautes commises!!!

  2. Brahim Abakar Moussa
    16 octobre 2017 at 20 h 41 min Répondre

    Bien fait, vous savez qu’on attend cette bourse dépuis un an déjà et on est même fatigué, chacun voix son interêt et nous qui sommes pauvres, on fait comment ? Ce gouvernement ne connais pas ce qu’on appelle génération future pu quoi ?

  3. horasondmitri@gmail.com
    16 octobre 2017 at 20 h 57 min Répondre

    Les étudiants ne tenté l’impossible OK je vous conseil de sagement reprendre le chemin des amphithéâtre que vous le vouliez ou non les inscriptions sont obligatoires pour qui vous vous croyez

  4. Mahamat Abdraman Ali
    16 octobre 2017 at 23 h 41 min Répondre

    Vraiment…qu’allah facilite la tache.

  5. cherif
    17 décembre 2017 at 23 h 51 min Répondre

    tant que ceux qui détournent des milliards n’ont pas cessé tant que ceux virent des millions ne sont pa arrêtés il n’ y aura pa la paix au Tchad. la suppression de bourses n’a rien avoir avec la crise actuelle,d’ailleurs nous parlons de la crise au Tchad,or en réalité il n’ya même pas crise et ses voyou ont adopté des systemes pour prolonger le pays dans l’enfer,mais à vrai dire tout ça ne sert à rien quand un peuple décide, vu le cas de burkinabés… il est question que voille ses mesures sinon il y’aurait peut être d’autres mesures qui seront et qui leurs coûtera cher! chers etudiants frére et soeurs etudiantes,prions le seul Dieu pour qu’il nous vient en aide et nous protége afin que notre avenir et l’avenir de ce pays qui entrain de se dissoudre et écrouler par le regime dictatorial.aujrd’hui nos bourses,notre libertè et nos d manifestion st entrain d’étre arachés alors il ne reste qu’à ces assoiffés d fermer nos portes des universités,écoles puis massacre les jeunes tchadiens d porte à porte pr bien s’emparer des biens du pays cependant vu les conditions qe vivent les étudiants tchadiens et n’y aura pas d bourse alors n’en parlons plus d’etudes superieurs au tchad.

Laisser un commentaire